subscribe: Posts | Comments

Conseil National de Transition

4 comments

Le mouvement du 14 juillet

 

Article du Réveil Français , écrit par : Olivier Dejouy

serveimage

Le Réveil français toujours à l’affut des expressions patriotiques françaises sous toutes les formes, salut l’arrivée de cette nouvelle initiative née en 2015 et qui commence à faire parler d’elle.
Lien : http://www.conseilnational.fr
OD

 

Forts du constat que ceux qui nous gouvernent sont plus à l’écoute des puissances financières que de nos intérêts, nous assistons, impuissants, à la dégradation de notre société, de ses valeurs morales, sociales, éthiques et culturelles.

 

NOUS, CITOYENS, SOMMES SEULS RESPONSABLES DE CETTE SITUATION !

 

NOUS, les 55% qui avions voté « non » au Traité Européen en 2005, acceptons depuis 2007 que la France soit dirigée par un gouvernement qui ne représente que la minorité des 45%.

 

Nous avons abandonné cette « souveraineté du peuple » déterminée par la majorité, un droit pourtant garanti par notre constitution!

 

Ce conseil National de Transition a donc été créé pour les citoyens qui revendiquent le droit légitime, de la majorité ayant voté « non », à disposer de la souveraineté, comme il est prévu dans la constitution française.

 

Ce droit légitime implique que tous les politiciens actuels n’ont pas la légitimité nécessaire à l’exercice de leur fonction, et qu’ils ne sont là qu’en raison de notre laxisme à faire valoir le juste droit, ce qui est démontré sur ce site.

 

  1. Thierry Theller says:

    Qui dira aux petits ducs de la gaudriole démagogique destinée au menu fretin populaire, qu’ils viennent de commettre leur première bourde.

    En effet, s’en prendre à un homme d’honneur comme Marc Garnié et, méthode bolchevik, l’envoyer sans façons entre quatre murs capitonnés, relève de la plus pure tradition soviétique. Ce qui démontre, si besoin était, la considérable épaisseur de leur QI démocratique.

    Résultat: le 5 mai, c’est-à-dire demain, l’Elysée risque de se révéler trop petit pour accueillir toute la grogne souveraine d’une foule déterminée à reconquérir ses droits les plus élémentaires.

    Dès lors, on peut parier sans grand risque, qu’il est fortement probable que la gratitude du macronaniste de service, un certain Emmanuel, leur soit d’ores et déjà… acquise.

    Moralité, hier comme aujourd’hui, ce sont toujours les collabos eux-mêmes qui écrivent leur destin.

  2. Thierry Theller says:

    Réveil Français ???

    Censure, blabla et… FN ?

    Etrange vocation que la vôtre… Serait-ce celle des canards boiteux, s’agitant dans des mares où seuls surnagent des poissons morts ?

    Moralité, le « Système » a encore de beaux jours devant lui…

    En réalité, à l’instar du vôtre, nombre de sites dits : « résistants », traduisent une seule espérance qui est… le calife à la place du calife.

    Si fait, citoyen !

    Et les Français là dedans ?

  3. Thierry Theller says:

    SOCIETE SANS CASH ET CRASSIER TOTALITARISTE

    Si Anne Hidalgo, elle, ne souhaite rien moins que “végétaliser” Paris, les kapos mondialistes, eux, c’est le monde entier qu’ils s’apprêtent à faire végéter dans une médiocrité sans nom.
    Dans cette perspective, une question se pose : de qui ont-ils obtenu la permission de saccager tout ce qui ne correspond pas à leurs prérogatives antisociales ? Oui, de qui ont-ils obtenu cette permission ? Des futurs —Végétants— eux-mêmes ? Pour de bon ?
    Las, à l’allure où vont les choses, c’est plus que probable. Sauf miracle, bien entendu !
    Peut-être un miracle du style : Je ne mettrai plus jamais mes guêtres dans un bureau de vote.
    Ou, alors, un miracle du genre : Je ne mettrai plus jamais la clé de ma liberté au fond d’une urne.

    Aujourd’hui, à l’évidence, si ce type de “miracle” devait se produire, il signerait le seul coup d’arrêt qui vaille, le seul antidote et la seule vraie solution à la permanente prédation sociale exercée par ces pseudo élites, dont la compétence se résume encore et encore à se goberger aux frais de ceux qui leur ont accordé leur confiance électorale.
    Sauf que, s’il y a une limite à tout, il y a de même un temps pour chaque chose. Incompétence compris.

    Aussi, à une société sans cash, je préfère une société avec clash. C’est-à-dire, relativement à la —partitocratie— actuelle au pouvoir : un clash de salubrité publique. Un clash démocratique net et sans bavure. Un clash qui verrait enfin les disciples de ce Système, gangrené jusqu’à la moelle, plier bagages et dégager le terrain empuanti de leurs turpitudes morales, de leurs hypocrisies “politichiennes” (de Gaulle) et, pour ce qui est du contrôle citoyen, de leurs insupportables manies qui, à l’exemple de leurs félonies collaboratrices, sont devenues aujourd’hui aussi compulsives que déviantes. Aussi perverses que fascisantes.

    Vous avez dit système pathocratique ? Alors, sauf à préférer voir grandir l’actuel crassier totalitariste, sortir tous ensemble de ce Système nauséabond est aujourd’hui un devoir patriotique de survie citoyenne.

  4. Thierry Theller says:

    Les dépouilleurs d’humanité.

    En France, la rogne et la grogne commencent à faire tâche d’huile…
    Dans le même temps, aux antipodes du courage, la veulerie politique reste toujours la chose la mieux partagée du monde.

    Par ailleurs, pour ce qui est des « Pinocchio » et autres pingouins oligarchiques qui nous gouvernent, pensent-ils vraiment pouvoir, avec un pied déjà dans la tombe de leur mépris, l’emporter sur le Peuple de France ? Le museler définitivement ? Ou, alors, le remplacer ?

    Sauf que penser cela, dans le monde réel, c’est aller un peu vite en besogne… l’Histoire l’a déjà suffisamment montré et démontré à plusieurs reprises…

    De plus, à l’adresse des apatrides et des collabos qui sévissent sur son territoire, le Drapeau tricolore n’est pas une serpillère avec laquelle on torche la liberté et la légitimité souveraine des Français de pouvoir refuser d’endosser le linge sale de l’actuelle nomenklatura politicienne dévoyée.

    Or, ce drapeau, hier emblème de la France, est aujourd’hui foulé aux pieds, couvert d’hémoglobine, d’opprobre et quasiment recouvert de crachats. Au moins moralement.

    Dans ces conditions, comment s’étonner que des traîtres, des kapos politiques et des auxiliaires de la couardise institutionnalisée, sinon celle de la capitulation nationale, se permettent, dans un dernier baroud de déshonneur, de cracher à jets continus sur ce qu’il reste d’espérance et de droiture dans ce pays.

    Avec, à la clé, le mitard pour les plus faibles, et les milliards pour les plus forts. C’est-à-dire ceux parmi les plus malfaisants… Les dépouilleurs d’humanité !

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

S'inscrire à la lettre d'informations hebdomadaire

Découvrez les nouveaux articles chaque mardi

Merci de votre inscription