subscribe: Posts | Comments

Des agriculteurs abandonnés par la république..

2 comments

 

Vu sur : Nouvelle chouannerie, écrit par : Jean Philippe Chauvin
Tandis que s’entassent les chômeurs , les migrants , les victimes de licenciements massifs et les bénéficiaires du RSA dans les banlieues, notre agriculture est sacrifiée aux règles impitoyables du marché mondialisé, lequel ne s’intéresse pas à la qualité des produits mais simplement à leur commercialisation, pour rémunérer au passage les intermédiaires et les circuits de distribution. Jean Philippe Chauvin réagit à sa manière d’historien que nous connaissons bien.

 

Chouans

Certains parlent de jacqueries quand ils évoquent la colère paysanne qui, ces jours derniers, éclate aux portes des villes, autour des centres commerciaux ou devant les préfectures et sous-préfectures du pays, et les mêmes croient se souvenir qu’elles ont précédées la Révolution française, ce qui n’est pas tout-à-fait exact, en définitive : en fait, c’est dans les débuts de cette Révolution que les paysans ont manifesté leur souhait d’un changement des règles rurales et la fin des anciens droits féodaux, dans un été marqué par la Grande Peur, mais, surtout, dans l’année 1793, lorsque la République voulut mobiliser tous les hommes valides pour aller faire une guerre que la Révolution avait désirée à défaut de pouvoir la faire seule… Si c’est la Vendée qui a marqué le plus les esprits, avec ce « peuple de géants », évoqué par Napoléon et par Victor Hugo, qui a défié l’ordre nouveau de Danton et Saint-Just, et tenu tête aux armées « bleues », c’est bien tout le monde paysan qui a souffert de la République belliciste qui lui a pris de nombreux bras pour les besoins de la guerre et lui a rendu nombre de cercueils.
Aujourd’hui, les agriculteurs manifestent, victimes d’une guerre qui, pour n’ être pas militaire, fait des ravages dans nos campagnes, et se pare du nom de « mondialisation ». Il n’y a pas grand monde pour prendre la défense de ces manifestants au langage parfois vert, et je lis nombre de commentaires peu amènes sur la toile à leur encontre : « pollueurs », « assistés », « casseurs »… Cela ne correspond pas exactement à la complexité des réalités du monde agricole : qu’y a-t-il de commun entre le grand céréalier de la Beauce et le petit éleveur de porcs « bio » breton ? Entre un Beulin, patron très libéral d’une FNSEA de moins en moins considérée dans les campagnes, et un maraîcher du pays de Dol qui gagne à peine de quoi nourrir sa famille ?
En fait, nombre de ces manifestants ont désormais compris le piège fatal de la société de « libre-échange » qui, en définitive, n’est qu’une loi de la jungle au bénéfice des grands groupes agroalimentaires et des actionnaires de ceux-ci, pour qui la fonction nourricière de l’agriculture passe après les profits qu’ils peuvent tirer de l’exploitation de la terre et de la sueur de ceux qui la travaillent.
Sans doute faut-il désormais repenser l’agriculture et lui rendre la « mesure » que la société de consommation semble avoir définitivement oubliée : des exploitations à taille humaine, moins dépendantes de la mécanisation et d’une artificialisation qui, souvent, s’apparente à une « barbarisation » de la domestication des bêtes (ces usines à œufs, à lait ou à viande, entre autres) ou à une totale coupure avec les principes mêmes de la vie, végétale comme animale, sont plus utiles que cette ferme (sic!) des mille vaches que dénonce à juste titre Alain Finkielkraut…
Refaire de nos campagnes des espaces de vie et de travail humain, et non les laisser devenir des déserts ruraux, est une nécessité que tout État digne de ce nom devrait comprendre et soutenir, ne serait-ce que pour combattre le chômage et le désœuvrement qui se répandent encore et toujours dans les villes et ses périphéries. Au regard de l’impuissance désolée d’un Stéphane Le Foll, je doute fortement que la République soit cet État-là…

Jean-Philippe-Chauvin

  1. Je ne pense pas que les agriculteurs ont compris quoi que ce soit du piège de la mondialisation, simplement, ils comprennent qu’ils sont les perdants financièrement … Cela veut dire que s’ils avaient eu un quelconque bénéfice à continuer dans le productivisme, dans l’agriculture intensive, l’épandage de pesticides, ils auraient tout simplement … continué ! Je ne pense pas qu’il y ait une quelconque prise de conscience politique à part, bien entendu, les agriculteurs biologiques ! C’est mon avis

  2. Excellent article. Les prises de position sur l’agriculture française sont trop rares. merci au Réveil Français de s’y intéresser. Faisons circuler cet article parmi les syndicalistes agricoles.
    MC

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

S'inscrire à la lettre d'informations hebdomadaire

Découvrez les nouveaux articles chaque mardi

Merci de votre inscription