subscribe: Posts | Comments

Anthropologie et Intégration

0 comments

Le troisième livret du colloque est paru

 

Article du Réveil Français , écrit par : Olivier Dejouy

 

Antropo

Anthropologie et immigration , la transcriptions des interventions de Guillaume de Prémare et de Camel Béchikh, est enfin sortie des « presses ».
Le 15 juin 2015 à Paris, se tenait le premier colloque du Réveil Français qui dura toute une journée et où furent abordés le matin les questions de défense et politique étrangère et l’après-midi, l’éducation, l’écologie, l’anthropologie . Autant de thèmes majeurs contribuant à la vie de notre société.
Guillaume de Prémare, après avoir effectué un état des lieux, constate que le rouleau compresseur « idéologique de la déconstruction, au moment même, où, de l’Université aux médias, en l’absence de réaction contraire, un boulevard royal semblait s’ouvrir, s’est heurté brutalement à une résistance s’appuyant sur le tissu associatif et par cercles concentriques successifs a gagné une large partie de la population, avec la manif pour tous mettant 2 millions de personnes dans les rues.
Il distingue quatre chocs psychologiques qui ont réveillés cette population de classe moyenne se rangeant habituellement dans la majorité passive dite silencieuse: « Nous sommes nombreux, « nous ne sommes pas seuls », la jeunesse est avec nous en grand nombre, « la rue est un combat ».
Il s’agit d’une rébellion charnelle et culturelle.
Il y a donc une alternative métapolitique: une nouvelle question sociale et une vraie fracture française.
C’est la France périphérique . Les territoires loin de la métropole qui comptent encore 60% de la population et 80% des ouvriers salariés et classes moyennes précarisées.
La question , n’est pas vraiment la prise du pouvoir, mais comment l’exercer.
C’est à l’échelon local que tout risque de se passer. Dans la grande marche vers la mondialisation , l’obsession des hommes et des femmes « aux affaires » est de rechercher le gigantisme numérique pour peser face aux grands empires de la planète. Alors qu’il faudrait reprendre la main à l’échelon local, associatif, amical et familial. Les grandes machines qui visent à faire disparaitre les petites communes au plan géographique, les petits commerçants et artisans au plan économique, installent un système massifiant qui ne peut prendre en compte ni la diversité ni la personnalité des groupes naturels et des individus. La première mesure à prendre par conséquent , est de revivifier les réseaux naturels qui irriguent notre pays en restaurant la « micro politique » au plus près de chaque compatriote débarrassé de son costume étriqué et exclusif de simple consommateur.
En somme : « small is beautiful »
Camel Bechikh , nous emmène quant à lui vers la question très ambigüe de l’immigration qui aujourd’hui semble se confondre ou se résumer à la question de l’Islam.
Ce faisant, la question des musulmans en France passe parce que certains appellent l’intégration et d’autres se faisant d’après eux plus exigeants, l’assimilation, à quoi? Mais à la culture française pardi.
Mais de quelle culture parlons nous? Celle fondée sur la laïcité, voire le laïcisme qui est une sorte de religion qui tendrait à exclure toutes les autres, au nom de sa suprématie décidée unilatéralement par l’Etat de la troisième république, dans un pays encore chrétien à 80%.
Il s’agit là d’un premier déracinement autoritaire des habitants de notre pays, qui en subissent un autre depuis la fin de la dernière guerre avec l’américanisation de toute l’Europe accéléré cette dernière décennie par l’emballement de la mondialisation.
Autrement dit , les immigrés parmi lesquels, en grand nombre les musulmans rencontrent de grandes difficultés à s’enraciner dans un peuple de déracinés.
Par nature et par culture l’islam réel a besoin d’une nation pour se structurer, le Prophète était attaché à la Mecque pourtant polythéiste à son époque. Dominique Decherf explique la vision de Boutang: Pour lui le nationalisme ne pouvait être que mesuré, ordonné par rapport au spirituel, sans quoi il devient idolâtre, absolu, fermé sur lui même.
Il faut se garder de tout essentialisme, le français musulman, ne s’inscrit pas dans la même culture, les mêmes coutumes, car il n’a pas la même histoire, qu’un français Indien par exemple.
Ainsi il y a aujourd’hui apparence d’incompatibilité à cause de la mondialisation de l’islamisme sur le modèle Wahhabite, c’est à dire étranger, ou l’Islam simplifié devient plus un slogan , une posture anti-occidentale .
Il faut donc s’orienter vers une sortie du verrou conceptuel du multiculturalisme , défendu actuellement par l’Etat et penser politiquement l’acculturation, sortir des systèmes de Ghettos ou la minorité nationale devient la majorité (ce qui suppose une énergique régulation du fait migratoire). Se débarrasser du folklore abusif et exploité commercialement, du halal et des tenues afghanes ou d’Arabie pétrolière, revoir le système de laïcité qui ne devrait pas signifier système d’éradication du fait religieux, repenser l’Islam français en écartant vigoureusement toute ingérence étrangère, procéder à l’acculturation de l’Islam français (travail des imams) à seule fin de l’adapter au contexte apaisée d’une France réconciliée avec elle même. Voilà un résumé très succint de ces deux interventions que l’on peut se procurer en le commandant directement au « Réveil Français », ou à la « Librairie de Flore »

 
Anthropol

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

S'inscrire à la lettre d'informations hebdomadaire

Découvrez les nouveaux articles chaque mardi

Merci de votre inscription