subscribe: Posts | Comments

Jean-Frédéric Poisson : « Pourquoi je vais au rendez-vous de Béziers »

0 comments

 

Vu sur : Valeurs actuelles, écrit par : Jean Frédéric Poisson
Jean Fréséric Poisson est certainement le plus atypique et le plus patriotes des parlementaires centristes . Il sera sans complexe au rendez-vous de Béziers parce qu’il pense que les idées doivent pouvoir s’exprimer librement sans la pression lourdement exercée par les « maîtres censeurs » comme Elisabeth Lévy désignait les gardiens de l’idéologie consensuelle. Nous ne pouvons que nous réjouir au Réveil Français d’une telle attitude d’indépendance d’esprit.
OD

 

jean-frederic_poisson_brt11_011_1

Entretien. Jean-Frédéric Poisson est député des Yvelines, président du Parti Chrétien-Démocrate (PCD) et candidat à la primaire de la droite et du centre. Il explique les raisons de sa venue au « rendez-vous de Béziers » qui se déroule du 27 au 29 mai.
VA. Pourquoi participerez-vous au « Rendez-vous de Béziers » organisé par Robert Ménard dans sa ville ?
Jean-Frédéric Poisson. Tout d’abord, parce qu’on m’y a convié. Robert Ménard m’a appelé personnellement pour me faire part de son invitation. N’est-ce pas là une raison suffisante ? Ensuite parce que je sais qu’il s’agit d’un rendez-vous durant lequel vont être abordés des sujets trop oubliés des politiques, ou souvent traités avec beaucoup de complaisance voire de naïveté, et essentiels pour de nombreux Français : l’islam qui percute notre mode de vie, pas seulement l’islamisme mais l’islam tout court, l’immigration massive qui nous déstabilise, le mondialisme qui réduit l’homme au statut de valeur marchande, ou encore le respect de la vie et de la dignité humaine. Le fait que je sois le seul candidat à la primaire présent à Béziers montre bien que ces sujets sont aujourd’hui encore trop souvent mis de côté.
Une forte proportion de nos électeurs attend que les politiques s’emparent de ces sujets. Ils sont las du politiquement correct et de la langue de bois. Ils attendent une refonte de la pensée politique de droite et de son expression électorale. Les « Rendez-vous de Béziers » sont une séquence qui, par leur caractère public, vont rendre visible cette volonté de refondation.
C’est comme politique responsable et engagé, élu local, parlementaire et chef de parti, que je veux répondre à cette attente dont je suis convaincu qu’elle peut prendre corps sous la forme d’un grand mouvement de projets et de conquête. C’est d’ailleurs ce qui a aussi motivé la décision de me présenter à la primaire de la droite, pouvant le faire d’une certaine façon « hors système » comme président du Parti Chrétien-Démocrate, et donc hors des Républicains et de toute obligation de parrainages.
VA. Que pensez-vous de ce concept où ce sont les élus qui écoutent les citoyens ?
Jean-Frédéric Poisson. C’est reposant ! Plus sérieusement, c’est un exercice salutaire. Il y a là une forme de « devoir de s’asseoir » dans le champ du civisme et du service politique, à l’image de ce qui est pratiqué dans certains ménages. Alors que les gouvernants successifs depuis la mort de Georges Pompidou ont tous porté atteinte à la force de nos institutions ; alors que « faire de la politique » consiste pour trop d’élus en vue d’être encore plus vus ; alors qu’un fossé s’est creusé entre les élus et les électeurs, permettre de rendre possible un temps d’écoute entre politiques et citoyens, ce que beaucoup d’élus font loin des projecteurs dans l’exercice de leurs mandats sans artifice ou désir d’instrumentalisation, participe à recréer les conditions de la confiance. Le temps politique, soumis au diktat des médias et de l’instantanéité, favorise plus la course à la petite phrase que le mouvement de la réflexion. Le chrétien et le philosophe que je suis, mesure la nécessité de ces temps d’écoute et de réflexion. Je me retrouve donc tout à fait dans cette méthode qui doit sous-tendre la décision et l’action politiques.
VA. Marion Maréchal-Le Pen et d’autres personnalités proches du Front national seront au rendez-vous. Vous êtes le seul candidat de la primaire de la droite et du centre à y participer. Ne craignez-vous pas qu’une certaine presse vous reproche de « courir derrière l’extrême-droite » ?
Jean-Frédéric Poisson. Je n’accorde aucune importance à ce type de reproche. Je ne cours après personne, j’essaie de faire entendre la voix de la majorité silencieuse ! Je suis d’ailleurs un peu agacé par ces bien-pensants qui poussent des cris d’orfraie face à ce qu’ils appellent l’extrême droite, et qui font preuve d’une grande indulgence face à l’extrême gauche et ses nombreux mouvements violents et totalement idéologisés. Les casseurs qui s’en sont pris à des policiers et qui ont abimé du mobilier urbain lors des manifestations sur la loi travail, n’étaient-ils pas pour beaucoup issus de mouvements d’extrême gauche ?
Vouloir coller aux participants de ces rencontres de Béziers quelque étiquette que ce soit est vain. Plus encore avec l’étiquette « extrême droite » qui est excessive et trop facile, brandie trop souvent comme un frein à la liberté de penser. Chacun notera que ce sont diverses sensibilités partisanes et plusieurs courants de pensée qui seront présents à ces Rendez-Vous. Comment ne pas s’en réjouir s’il s’agit bien, pour ceux qui seront là, d’envisager dans la future mandature et quel que soit le président de la République, une convergence des forces politiques pour mener les bons combats : la valorisation et la protection de la famille composée d’un homme et d’une femme, par exemple, avec l’abrogation de la Loi Taubira et toute disposition ouvrant droit tôt ou tard à la GPA, la lutte contre la pornographie, la recherche d’une baisse des avortements, mais aussi l’affranchissement d’une approche atlantiste des relations internationales au profit d’une diplomatie retrouvant son action protectrice et rayonnante dans le monde, ou encore le refus d’une Europe fédéraliste qui nie les Nations.
L’intérêt de ces « rendez-vous de Béziers » réside dans la diversité des intervenants et leur volonté de sortir du carcan partisan qui bloque notre pays. Je partage cette volonté et, je le redis, c’est là tout l’enjeu de la primaire dans laquelle je veux porter ces convictions. Que l’on trouve cela bien ou non, c’est un fait inscrit dans le calendrier électoral : tout électeur français pourra désigner par cette primaire le candidat de la droite et du centre à l’élection présidentielle. Au regard du taux de participation, tout est ouvert, tout est possible, en particulier donner un signal fort : celui d’un mouvement de fond, celui d’une droite de conviction assumée et affirmée, retrouvant sa capacité d’influence. C’est le courant de pensée le plus déterminé à porter ses convictions qui l’emportera. A la primaire, seul vote de conviction sera utile.
VA. Quelles réactions avez-vous reçues des Républicains, votre parti politique, après l’annonce de votre présence à Béziers ?
Jean-Frédéric Poisson. Je porte un grand respect pour tous les élus, et en particulier pour mes collègues parlementaires, toutes tendances confondues. Mais je dois vous faire un aveu : ma liberté de pensée et ma capacité de décision ne sont pas ordonnées à leur avis. Encore moins à celui de quelque « appareil », de quelque parti que ce soit. Lorsque je ne vote pas les OGM, lorsque je m’oppose au travail le dimanche, lorsque je ne ratifie pas le traité de Lisbonne (en violation du « NON » des français à la constitution européenne), lorsque je m’oppose à l’union civile, lorsque je ne reconnais pas l’IVG comme un droit fondamental (avec 6 autres députés seulement), lorsque je dépose une proposition de Loi pour que les racines chrétiennes soient inscrites dans la Constitution, lorsque je refuse, seul de nos familles politiques, de valider la prolongation d’un état d’urgence factice et instrumentalisé… je ne demande aucune autorisation. Je suis un député libre. Et lorsque je pars rencontrer Bachar El Assad, et par deux fois, je ne demande rien à personne non plus ! Seules mes convictions et ma conscience me guident. Je n’ai de comptes à rendre qu’aux Français.

 

 

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

S'inscrire à la lettre d'informations hebdomadaire

Découvrez les nouveaux articles chaque mardi

Merci de votre inscription