subscribe: Posts | Comments

Second colloque Réveil Français le 8 Octobre

0 comments

ECONOMIE DE LA CULTURE, CULTURE DE L’ECONOMIE

 

Article du Réveil Français , écrit par : Olivier Dejouy
Le Réveil Français, est le fruit de la rencontre de quelques « militants » de la cause française, issues d’horizons variés , Parmi lesquels, Michel Michel ,sociologue, Axel Tisserand, essayiste , Elie Hatem, avocat international, pour ne citer que ceux là.Le but, de ce groupe de réflexion est de sortir de la théorie générale spéculative, pour aborder prioritairement les conséquences concrètes d’une politique menée par un gouvernement de salut public, libéré des lobbies et de tous groupes de pression qui ne seraient pas directement motivés par le redressement du pays. Le second colloque du Réveil Français se tiendra le 8 octobre à Paris (école des mines), sur les deux thèmes de l’économieet de la culture.S’agissant de la partie économique pure sur fond de « Brexit », nous bénéficierons de la la contribution de Pierre de Lauzunspécialiste de la finance, écrivain, Henri Temple universitaire (droit économique) , Jean Claude George, patron d’une PME qui place dans sa conception l’économie au service de l’homme et non l’inverse, François Guillaume ancien ministre de l’agriculture et Hervé Juvin économiste.S’agissant de la partie « culturelle », nous aurons la contribution d’Olivier Dazat, scénariste de cinéma, Aude de kerros, artiste graveur et sculpteur, engagée dans la controverse autour de l’art contemporain, David Gattegno écrivain et musicologue, Albert Salon, ancien diplomate, combattant de la langue française et de la francophonie et Michel Chantegrel , artiste (spectacle vivant) et dirigeant d’un groupe d’intérêt économique au service des professionnels du spectacle.Le thème de la journée : « Culture de l’économie et économie de la culture » se traduira de la façon suivante:« Où est passé le bien commun ? » se demande le prix Nobel d’économie, Jean Tirole. Cette question, nous la posons à notre tour, car il apparaît que tout se rapporte de plus en plus à une vision du tout libéral qui l’aurait emporté sur le tout social. Peut-être qu’au-delà des idéologies dogmatiques, il conviendrait de replacer les femmes et les hommes, les familles de France, qui constituent le tissu historique et géographique de nos solidarités nationales, au centre de nos préoccupations. La financiarisation de l’économie est-elle une fatalité ?L’Etat et la politique ont-ils un rôle à jouer en matière de justice économique et sociale ? Au moment où la Grande Bretagne s’apprête à quitter l’Union Européenne, la grande marche qui nous est présentée comme inéluctable vers la mondialisation signifie-t-elle la disparition à terme des nations au profit d’un gouvernement mondial ? Le rayonnement de la France dans le monde, en matière culturelle est encore aujourd’hui au tout premier plan, même s’il tend à s’effacer tout doucement. Notre pays doit ce rayonnement à sa longue histoire, à la pluralité de ses traditions et aussi à son inscription occidentale dans une spiritualité et une esthétique qui tend vers l’universel, en tant qu’héritière primordiale de l’Eglise romaine.Cependant, depuis quelques siècles, une tendance d’abord discrète, mais s’amplifiant de génération en génération, a vu se développer une sécularisation et une marchandisation de la culture qui a pris un caractère quasiment institutionnel, ce qui a eu pour effet de tarir toutes sources d’inspiration au profit des modes et des succès structurés par le « marketing ». L’Etat lui-même semble, tout en proclamant défendre l’exception culturelle, intervenir dans les orientations avec autorité, faisant et défaisant des carrières sur des critères technocratiques, idéologiques (mondialisation oblige) et financiers.Comment retrouver le fil d’Ariane qui permettrait de relier le peuple à son histoire pour redécouvrir la source de la création purifiée de tous les trafics et autres combinaisons ? Là ou ils sont et ce que qu’ils font au quotidien, témoigne de la conviction de chacun des intervenants de changer les choses. Leur expertise est précieuse, parce que leur vision n’est pas seulement analytique et ne se situe pas exclusivement dupoint de vue des idées. Ils sont des praticiens et c’est leur pratique, l’observation de leur environnement et l’expérience de leur aventure personnelle qui les rend concrets dans leurs propositions.

France-toujours

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

S'inscrire à la lettre d'informations hebdomadaire

Découvrez les nouveaux articles chaque mardi

Merci de votre inscription