subscribe: Posts | Comments

Jacques Hogard réhabilite l’opération Turquoise au Rwanda

0 comments

 

Vu sur : Paris Match, écrit par : Patrick Forestier
Le colonel (cr) Jacques Hogard, que nous connaissons bien au Réveil Français (L’Europe est morte à Pristina), livre son dernier ouvrage sur son combat pour la réhabilitation de l’opération Turquoise, après les nombreux mensonges qui ont été proférés par le clan Cagamé. Curieusement , les autorités françaises n’ont jusqu’à ce jour que défendu très mollement la position des armes françaises sur ce théâtre d’opération. C’est tout à l’honneur de cet officier de rétablir une vérité qui ne fera pas plaisir à tout le monde.
Le Réveil Français

 

Jacques-Hogard-rehabilite-l-operation-turquoise-au-Rwanda

Avec « Les larmes de l’honneur. 60 jours dans la tourmente du Rwanda », Jacques Hogard revient sur l’opération Turquoise menée par l’armée française.
Jacques Hogard n’est pas homme à reculer. Ni à plier sous la pression. Une affaire de famille. Son père, le Général Hogard, fut jeune officier pendant la Seconde Guerre mondiale, puis a servi 8 ans en Indochine, avant l’Algérie. Portant déjà le prénom de son père, la voie du fils était toute tracée. Colonel à la Légion étrangère, après avoir participé à la plupart des interventions en Afrique, puis au Cos, le Commandement des Opérations spéciales au Kosovo, Jacques Hogard était au Rwanda le chef du groupement Sud de «Turquoise», où je l’ai rencontré pendant l’été 1994. Une opération autorisée par l’Onu, aujourd’hui encore dénoncée par le président Kagamé qui dirige son pays d’une main de fer, et par ses partisans dans l’Hexagone qui accusent la France, et son armée, de génocide. En 2005, Hogard avait écrit le récit de sa mission dans un pays en guerre où il mettait les pieds pour la première fois. Ulcéré par les rapports du gouvernement rwandais et les faux témoignages de plus en plus rocambolesques des « exactions » françaises, il publie 11 ans après « Les larmes de l’honneur » avec de nouveaux détails et des précisions qui démontent ces « révélations », y compris celles d’un ancien subordonné qui affirme avoir reçu un « ordre d’opération » pour un raid imaginaire sur la capitale.Hasard du calendrier, l’ouvrage de Jacques Hogard tombe au moment où l’enquête sur l’attentat contre l’avion de son prédécesseur hutu qui déclencha le génocide, vient d’être relancée. Les juges français vont entendre en Afrique du Sud où a fui l’ancien chef d’Etat-major rwandais, cité dans le livre, qui a survécu à deux tentatives d’assassinat, comme d’autres transfuges entrés en dissidence et toujours pourchassés par les sicaires du président Paul Kagamé. Ce dernier a changé la constitution afin de briguer un nouveau mandat de 7 ans, après 22 ans de pouvoir absolu. Connaissant tous ses secrets, cet officier rwandais membre pendant des années du premier cercle de son président avant de faire défection, affirme avoir des preuves de la responsabilité directe du président Paul Kagamé dans cet attentat. Jacques Hogard rappelle dans son livre les méthodes du régime avec ses opposants et décrit les conditions de détention des dissidents , détenus dans la sinistre prison « 1930 » de Kigali. Jacques Hogard leur rend hommage , comme à ses légionnaires qu’il commanda durant ce terrible été. Son père n’est pas oublié. Il le remercie dans les dernières lignes de son livre de lui avoir transmis sa vocation pour le métier des armes et surtout de lui avoir inculqué « le sens des valeurs qui en font la noblesse , ainsi que l’amour de l’Afrique et des Africains ».
«Les larmes de l’honneur. 60 jours dans la tourmente du Rwanda» de Jacques Hogard . Ed Hugo.Doc

 
Hogard

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

S'inscrire à la lettre d'informations hebdomadaire

Découvrez les nouveaux articles chaque mardi

Merci de votre inscription