subscribe: Posts | Comments

Les Français et le Président Trump

0 comments

après son discours au Congrès des Etats-Unis

 

Article du Réveil Français , écrit par : Henri Temple, ex professeur de droit économique à l’Université de Montpellier, expert international, avocat Philosophe

 

M.Donald Trump a annoncé mardi soir (28 février), lors de son premier discours face au Congrès, une série de grandes actions et réformes, en particulier sur la fiscalité, une grande fermeté sur l’immigration, afin d’assurer la sécurité et l’emploi : « Donner la priorité aux Américains ».Ce ne sont pas les patriotes français qui pourraient le lui reprocher.
1 – Sur l’OTAN s’il a affirmé son soutien à cette structure-car il négocie avec les Russes son recentrage sur le Pacifique et son désengagement en Europe et en Afrique- il a mis ses concurrents européens face à leur responsabilité de prendre en charge leur propre défense. Tout en affirmant son pacifisme (« Nous voulons l’harmonie et la stabilité, pas la guerre et les conflits »), il annonce unprogramme énorme au profit de l’armée et de l’industrie d’armement.
2 – Sur l’économie : « Un nouveau chapitre de la grandeur américaine débute… nous assistons au renouveau de l’esprit américain », promettant, comme il l’a fait durant toute sa campagne,  »de ramener (aux USA] »des millions d’emplois ». Dénonçant encore -mais de façon générale- les accordsde libre-échange défavorables à l’Amérique, il a bien entendu rappelé ses projets principaux : construction d’oléoducs, programme d’équipement militaire, construction d’infrastructures.Très attendu sur l’économie, Donald Trump a promis devant le Congrès, majoritairement républicain, une réforme fiscale « historique » qui se traduira par une  »baisse massive des impôts » pour la classe moyenne et permettra aux entreprises de « concurrencer n’importe qui ». « Nous devons faire redémarrer le moteur de l’économie américaine et faire en sorte qu’il soit plus facile pour nos entreprises de faire des affaires aux États-Unis et plus difficile pour elles de partir », a-t-il scandé. Mais il n’a pas cette fois-ci réitéré précisément sa critique des exportation chinoises et de l’OMC.
Proposant un vaste plan d’investissements dans les infrastructures, qui pourrait heurter certains élus républicains, il a déploré que son pays ait dépensé « des milliards et des milliards de dollars à l’étranger » alors que ses infrastructures sont dans un « état déplorable ». Dans ce discours servant aussi de prélude aux discussions sur le budget 2018 qui s’ouvre, il a demandé au Congrès de voter la hausse historique des dépenses militaires qu’il appelle de ses vœux (54 milliards de dollars, soit 10% de majoration ).Le président américain a aussi promis d’injecter mille milliards de dollars d’investissements publics et privés pour remettre à niveau les infrastructures américaines : « Pour lancer la reconstruction du pays, je vais demander au Congrès d’approuver une législation qui déclenchera des investissementsde mille milliards de dollars pour les infrastructures aux États-Unis, financés grâce à des capitaux à la fois publics et privés, et créera des millions d’emplois ». »L’Amérique a dépensé environ six mille milliards de dollars au Moyen-Orient alors que les infrastructures chez nous se délitent. Avec ces six mille milliards de dollars nous aurions pu reconstruire notre pays deux fois, et même trois fois si nous avions eu des dirigeants qui avaient la capacité de négocier ».
3 – Sur la sécurité : il fait de la lutte contre la criminalité et contre le « terrorisme islamique radical »une priorité. Bien sûr son plan d’investissement dans les infrastructures et l’armée contribuera à cette lutte4 – Un système d’immigration basé sur la sécurité, la légalité et le mérite. M.Donald Trump a longuement promis une extrême fermeté aux frontières, l’un de ses principaux thèmes de campagne : « En appliquant enfin nos lois sur l’immigration, nous augmenterons les salaires,
aiderons les chômeurs, économiserons des milliards de dollars et renforcerons la sécurité de nos communautés ». Il a proposé d’abandonner le système actuel d’une immigration peu qualifiée et adopter à la place  »un système basé sur le mérite…/… qui permettra d’économiser énormément d’argent », et a réaffirmé sa détermination à lutter contre l’immigration clandestine, qu’il a liée avec la criminalité aux États-Unis. Il a d’ailleurs indiqué avoir ordonné la création d’un bureau spécial pour les victimesde crimes d' »immigration » baptisé VOICE (Victims Of Immigration Crime Engagement). Donald Trump a également rendu hommage à des Américains invités à assister à son discours et dont des proches ont été tués « par des immigrés clandestin qui avaient un casier judiciaire ». La signature d’un nouveau décret sur l’immigration après l’échec du premier qui a été bloqué par la justice, pourrait intervenir dès mercredi.Enfin il a renouvelé sa promesse d’ériger  » un grand mur » à la frontière mexicaine, sa promesse de campagne la plus emblématique, dont la construction allait débuter « bientôt ». « Nous devons rétablirl’intégrité et l’application de la loi à nos frontières. Pour cette raison, nous allons bientôt commencer la construction d’un grand, grand mur le long de notre frontière sud ».Ainsi M. Trump confirme qu’il mènera bien une action conforme à ses annonces de campagne. Son Congrès semble abandonner à son sujet des doutes que les médias avaient surestimés.Pour les Français, la présidence Trump , sauf accident toujours possible, pourrait se révéler être une opportunité unique de retrouver les chemins de bon sens qui conduisent vers ce qu’ils attendent de leur prochain président : la liberté démocratique de décider du destin de leur nation, de faire revenir l’emploi en France, de rétablir la sécurité et de maîtriser l’immigration, de contrôler les frontières. Quoi de plus normal?

 

 

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

S'inscrire à la lettre d'informations hebdomadaire

Découvrez les nouveaux articles chaque mardi

Merci de votre inscription