subscribe: Posts | Comments

La repentance au secour de la République?

0 comments

Le Vel d’Hiv encore…

 

Article du Réveil Français , écrit par : Olivier Dejouy

 

A propos de la rafle du Vel d’Hiv Au «Grand Jury» RTL-LCI-Le Figaro, interrogée sur ce crime et la décision de Jacques Chirac de reconnaître en juillet 1995 la responsabilité de la France, Marine Le Pen a répondu simplement que la France n’était pas coupable, ce qui se comprend fort bien, en tant que Nation historique, vaincue militairement et occupée par un ennemi impitoyable.
Il n’en fallut pas plus pour que toutes les bonnes consciences (inconscientes) se déchirent les vêtements en s’écriant, « qu’avons nous besoin de témoins ?», « Le crime de révisionnisme est consommé », « nous vous l’avions dit », « chassez le naturel » etc…
Pourtant, quand la pantalonnade de Chirac avait été relayée dans les médias complaisants, nombreux étaient les anciens de la France libre qui s’étaient levés pour dénoncer une nouvelle trahison. Font-ils partie de « la France moisie aux idées nauséabondes » ? Pour reprendre le vocabulaire des maitres à penser chargés de nous dicter le bien et le mal.
Car enfin, comme le précise la candidate aux présidentielles, il faut choisir où était la France légitime ? A Londres ou à Vichy ? Jean Moulin ou Pierre Laval ?
Cette nouvelle affaire, n’a en outre pas été déclenchée par Marine Le Pen, mais bien par les journalistes venus l’interroger sur ce vieux sujet de la dernière guerre mondiale. Quelle pertinence avec la campagne présidentielle 2017 ? C’est donc qu’ils cherchaient ou tout du moins espéraient une réponse qui ferait la une de la presse, le buzz comme on dit en bon Français. Que cela hérisse le poil du CRIF ou de l’Etat d’Israël, qui ne sont pas identifiés comme des organisations patriotiques françaises, cela ne nous surprend pas. Mais, que la droite et la gauche, ou ce qu’il en reste, suivies par les médias toujours consensuels à sens unique, emboîtent le pas sur le registre si facile de l’émotion appelle quelques remarques.
En premier lieu, il fallait, à quinze jours des élections, relancer la diabolisation du FN, ce qui laisse supposer en passant que les sondages de tassement des intentions de votes patriotiques ne reflètent pas la réalité et que les gens bien informés le savent, d’où cette tentative in extremis (il y en aura sans doute d’autres).
Ensuite, on assiste à une montée de la France décomplexée, déculpabilisée, alors que le logiciel de manipulation de l’opinion, jouait depuis un demi-siècle et plus précisément ces trente dernières années sur le registre de la repentance.
Enfin, d’une certaine manière les masques tombent et on voit bien que la rhétorique anti fasciste vise tous ceux qui accordent encore à notre pays un quelconque intérêt. Il s’agit de relier tout ce qui fait la France historique aux années les plus sombres de notre histoire. Cela vient de l’extrême gauche et s’est répandu comme un mauvais poison dans la gauche libérale et la droite du même nom.
« Pendant toutes les années du mitterrandisme, nous n’avons jamais été face à une menace fasciste, donc tout antifascisme n’était que du théâtre. Nous avons été face à un parti, le Front National, qui était un parti d’extrême droite, un parti populiste aussi, à sa façon, mais nous n’avons jamais été dans une situation de menace fasciste, et même pas face à un parti fasciste » affirmait déjà Lionel Jospin, au cours de l’Emission Répliques du 27 octobre 2007 sur France Culture.
Cela ne fait rien, on continue les bonnes vieilles recettes qui ont si bien fonctionnées jusqu’à maintenant. Pourtant, il semblerait que l’opinion « mithridatisée » réagisse de moins en moins à ces stimuli pavloviens.
«Trop d’impôt tue l’impôt» déclarait en son temps l’inénarrable Chirac.
Il en est de même pour l’intoxication médiatique et la malhonnêteté intellectuelle, au bout d’un moment, non seulement cela n’opère plus, mais cela produit le résultat inverse…

 

 

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

S'inscrire à la lettre d'informations hebdomadaire

Découvrez les nouveaux articles chaque mardi

Merci de votre inscription