subscribe: Posts | Comments

ALLOCUTION de Jacques MYARD

0 comments

8 MAI 2017

 

Article du Réveil Français , écrit par : Jacques Myard Député de la Nation Maire de Maisons-Laffitte Président du Cercle Nation et République

 

La France est à genoux.
Un vieux Maréchal demande l’armistice à l’ennemi,
Un jeune Général appelle à la résistance à Londres le 18 juin,
Le 22 juin à Rethondes, là où Foch signa l’armistice le 11 Novembre 1918,
Le Général Huntziger, le cœur brisé, signe l’arrêt des hostilités avec l’Allemagne,
La France défaite, est divisée, occupée,
Une zone non occupée lui donne encore une apparence de souveraineté.
La flotte est démobilisée, désarmée et rassemblée dans les ports d’attache en temps de paix.
Curieusement Hitler laisse aussi à la France vaincue son empire ;
Il explique alors au Duce qu’il veut éviter que la France ne continue le combat forte de sa flotte à partir des colonies.
Alors qu’une poignée d’aviateurs anglais et alliés sauvent l’Angleterre et notre liberté lors du Blitz, les Français font l’expérience amère d’une occupation sans pitié.
La défaite provoque dans l’Empire de multiples soubresauts, en Afrique mais aussi au Proche et Moyen Orient.
Dès la demande d’armistice de la France, le Grand Mufti de Jérusalem, Mohammed Amin Al-Husseini, fait parvenir une lettre de félicitations rédigée en français à Hitler.
« Le peuple arabe maltraité par nos communs ennemis, attend avec confiance le résultat de votre victoire finale.
Il sait qu’elle signifiera pour lui son indépendance… son unité et un traité de collaboration et d’amitié. »
Le 23 octobre 1940, les puissances de l’Axe se prononcent en faveur de l’indépendance arabe.
Malgré les appels de l’ennemi,
Saluons la fidélité aux armes de la France,
. des tirailleurs algériens, les Turcos,
. des tirailleurs tunisiens
. des goumiers marocains
tous qualifiés par le Général Harold Alexander de « fabuleux guerriers ».
Ils ont combattu avec bravoure sous nos couleurs souvent jusqu’au sacrifice suprême.
Dès la fin de l’année, la guerre se prolonge en Afrique.
– le 26 août 1940, le gouverneur Général Félix Eboué, proclame le ralliement du Tchad à la France libre.
– le 27 août, c’est le Cameroun,
– le 28, le Congo.
Mais c’est l’échec de Dakar le 23 septembre 1940.
– le 13 septembre 1940, les Italiens alliés d’Hitler attaquent l’Egypte à partir de l’Abyssinie, les Anglais les repoussent.
– en octobre 1940, Mussolini envahit la Grèce. Les Grecs résistent. Hitler doit lui porter main forte.
– les Britanniques installent leur quartier général au Caire où le gouvernement grec, en exil, a trouvé refuge.
– la Méditerranée devient un enjeu, chaque camp tente de couper les routes d’approvisionnement de l’adversaire.
– la Royal Navy remporte sur la flotte italienne les batailles de Tarente en novembre 1940 et du Cap Matapan en mars 1941.
– mais c’est en Irak que la situation provoque l’alarme dans le camp britannique.
– Rachid Ali el Ghaïlami, chef de la confrérie nationale, provoque un coup d’Etat contre le gouvernement pro-anglais avec des officiers pro-anglais du « Carré d’or ».
Il rétablit des relations diplomatiques avec Berlin.
Les zones pétrolières de Kirkouk et Abadan passent sous le contrôle des insurgés.
L’agitation gagne la Syrie sous mandat français et sous le contrôle de l’armée du Levant fidèle à Vichy.
Personne ne s’y trompe alors, le journal « le Temps », écrit ;
« Si l’Irak échappe aux Anglais, c’est tout le système de communication impérial qui est compromis ».
Une vague d’anglophobie déferle sur le Proche et Moyen-Orient.
. des troupes britanniques indiennes débarquent à Bassorah le 20 avril 1940,
. Rachid Ali demande l’aide de l’Allemagne,
. les avions allemands doivent transiter par la Syrie pour porter secours aux insurgés irakiens.
Le Général Huntziger, Ministre de la guerre, ordonne au Général Dentz, commandant l’armée du Levant de ne pas apporter d’aide aux Allemands conformément à la convention d’armistice.
– le 20 mai 1941, la Crète est attaquée par les Allemands et le Cabinet de guerre allemand ordonne de se préparer à pénétrer en Syrie.
Berlin fait le siège de Vichy pour obtenir un droit d’escale en Syrie.
Le 10 mai des Heinkel maquillés se posent à Alep.
Les Anglais craignent, à juste titre, que les Allemands n’envahissent la Palestine et ne s’emparent du Canal de Suez.
Il est vrai qu’au sein de l’Etat-major allemand, l’Amiral Räder, commandant de la Kriegsmarine, recommande de centrer la stratégie allemande sur Malte et Suez.
« Le canal de Suez, c’est le pivot de l’Empire britannique. »
Pour Räder, le canal de Suez doit être pris.
Face à la menace qui se précise, Henry Maitland Wilson, commandant en chef des troupes britanniques au Caire, décide d’entrer en Syrie. Il lance l’opération Exporter le 8 juin 1941 à 2 heures avec des forces combinées indiennes, australiennes, anglaises, et des forces françaises libres.
Les Britanniques attaquent sur trois axes à partir de la Palestine sur Beyrouth par la côte, sur Damas et par les montagnes,
Soit au total 29 000 hommes et 5500 Français des FFL, commandés par le Général Paul Legentilhomme.
Les troupes de Vichy sont 35 000.
Contre toute attente, elles font face.
Elles se battent et bloquent les Anglais devant le fleuve Litani
Les Marines s’affrontent.
Le destroyer Le chevalier Paul est coulé.
Deux destroyers britanniques sont endommagés.
Les FFL entrent à Damas le 21 juin.
Les combats cessent le 12 juillet.
Un armistice est signé à St Jean d’Acre entre les Anglais et les représentants du Général Dentz.
Le Général de Gaulle refuse cet accord qui ignore les droits de la France en Syrie et au Liban.
Il déclare au Général Catroux :
« C’est là une transmission pure et simple de la Syrie et du Liban aux Britanniques… Aucune mention des Etats du Levant »
Et il ajoute, c’est à la France et à elle seule, de donner l’indépendance à ces Etats, pas à la Grande-Bretagne.
De Brazzaville, il renégocie l’accord de St Jean d’Acre avec le Ministre d’Etat anglais Lyttleton les 24 et 25 juillet 1941,
L’accord interprétatif reconnaît la position de la France en Syrie et au Liban et renforce considérablement les capacités militaires des Forces Françaises Libres en intégrant nombre de soldats de l’armée du Levant et notamment les forces spéciales.
Le 22 juin 1941 à 3 h 15, Hitler tourne le dos aux recommandations de l’Amiral Räder.
Il lance l’opération Barbarossa et envahit l’URSS.
C’est le tournant de la guerre en Europe.
Sans la détermination, l’intransigeance du Général de Gaulle et surtout sa lucidité quand il s’agit de défendre le rang et les droits du pays, la position de la France eût été passée par pertes et profits au Levant, alors que renaissait avec un goût amer le relent des vieilles rivalités coloniales franco-britanniques.
Le sort militaire de la Seconde Guerre mondiale ne s’est pas joué au Levant mais bien en Russie et sur les plages de Normandie.
Néanmoins, les batailles du Levant, souvent douloureuses, ne sont pas secondaires. Elles ont malheureusement provoqué des tensions et nourri des ressentiments entre alliés.
Mais elles marquent le retour de la France combattante, de la France libre dans le conflit.
L’engagement des FFL a permis à la France, les 8 et 9 mai 1945, d’être présente en vainqueur à la capitulation de l’Allemagne.
Aujourd’hui comme hier, nous sommes toujours responsables de notre destin national, de notre liberté, de notre indépendance.
Depuis des temps multiséculaires, l’adage de Virgile demeure le fondement des relations internationales.
« Jamais de confiance dans l’alliance avec un puissant ».
Alors que le Proche et Moyen-Orient est en flamme et menace tout l’équilibre méditerranéen,
Alors que le fanatisme islamique massacre les minorités religieuses et chasse les Chrétiens d’Orient,
La France qui a des siècles et des siècles de présence au Levant où ses professeurs ont formé des générations d’hommes et de femmes,
. Où sa langue demeure un atout de développement et d’ouverture, de liberté,
. Où elle conserve des intérêts économiques majeurs,
. Des liens culturels et humains que jalousent nombre de puissances étrangères,
Au nom du sang français versé sur ces terres ancestrales qui portent les racines de notre civilisation,
Au nom de ses responsabilités multiséculaires envers les Chrétiens d’Orient et les minorités religieuses,
La France se doit de faire entendre au Levant une voix forte et indépendante.
Il y va de l’équilibre de la Méditerranée face au fanatisme,
Il y va de son rang,
L’Histoire du Levant est Notre Histoire.
Aujourd’hui, l’avenir du Levant se conjugue plus que jamais avec le nôtre.
Vive les héros des FFL
Vive la République
Vive la France libre !

 

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

S'inscrire à la lettre d'informations hebdomadaire

Découvrez les nouveaux articles chaque mardi

Merci de votre inscription