subscribe: Posts | Comments

Bref aide-mémoire sur la question migratoire

0 comments

 

Article du Réveil Français , écrit par : Henri Temple, ex professeur de droit économique à l’Université de Montpellier, expert international, avocat Philosophe

 

Les groupes de pression pro immigrés et pro immigration occupent encore une place indue dans le débat public. Indue car irrationnelle et irresponsable. Voici comment les contrer.
1 Les droits de homme sont individuels, mais aussi collectifs : droits des peuples, et également du peuple français, à disposer d’eux-mêmes (droits reconnus par les Nations-Unies, incluant le droit des autochtones -Henri Temple, Théorème du »nationisme », in Cahiers de Psychologie politique, Université de Caen, août 2015 ),
2 La protection des migrants peut s’exercer de différentes façons et pas seulement par l’accueil sur le territoire national :
a) si la cause des départs des pays d’origine est le  »stress économique », il faut agir sur les causes et imaginer de fortes politiques de co-développement, profitables autant à la France (5 millions de chômeurs et autant de travailleurs pauvres) qu’aux économies en développement frappées par la désertification, la surnatalité et/ou la mondialisation;
b) si la cause des départs est le  »stress guerre, massacres, racisme, génocides, christianocide, dictature, crimes contre l’humanité » il faut agir là aussi sur les causes, durement si nécessaire. C’est à dire par des sanctions internationales, y compris militaires, mais aussi en supprimant ces causes historiques que sont bien souvent des frontières contre nature (Sykes Picot; décolonisations ratées), imposées et maintenues en raison du principe belligène d’intangibilité des frontières (souvent tracées autoritairement et artificiellement)
3 Le traitement des vrais réfugiés (v. 2 b ci-dessus) doit se faire en ayant présent à l’esprit de privilégier le principe du retour du réfugié dans son foyer et son pays.
a) L’accueil doit donc se faire avant tout à proximité du pays de départ : la Jordanie, le Liban, la Turquie, montrent l’exemple et il leur faut une aide encore plus puissante; mais l’Arabie doit être mise sous pression de l’opinion publique et des diplomaties internationales : elle est voisine, de même langue et religion, vaste et riche, mais ne fait rien de significatif, voire est nocive… (JDD-Europe 1 Pourquoi les pays du Golfe n’accueillent pas de réfugiés , 17 septembre 2015, modifié le 20 juin 2017)
b) l’accueil en Europe doit, en conséquence, rester exceptionnel et transitoire
4 Le raisonnement sur ces sujets ne doit pas être abstrait, afficher une générosité de posture, ni ignorer l’intérêt national, voire s’enfermer dans le déni-psy. En effet les sociétés européennes subissent depuis des années des actes criminels de masse sur des civils innocents et des enfants, qui contraignent à prendre la mesure exacte de l’augmentation du danger islamique.
Ce grave problème vient d’être scientifiquement étudié par l’ouvrage remarquable et prescient de Paul-André Taguieff (L’islamisme et nous, Penser l’ennemi imprévu, CNRS, mai 2017); pas pour autant un homme de droite ! Taguieff pointe la  »faiblesse intellectuelle des réactions occidentales »(p.171) et rappelle les grotesques erreurs de jugement sur l’islamisme des intellectuels-bobo français avant le 11 septembre (p.22).
Il serait irresponsable de perpétuer ces erreurs comme celle de ne pas prendre en compte les signaux que la science sociologique nous envoie : près d’un tiers (sondages) des musulmans de France  »sont les adeptes d’un islam jugé incompatible avec la république, ils récusent la laïcité, considèrent les lois de l’islam comme supérieures et ont recours à des marqueurs identitaires…/…Ces musulmans peuvent être considérés comme séparatistes ou sécessionnistes… » (p. 171).
5 En conclusion : la première responsabilité de tout parti politique français, s’agissant de la sécurité et de la quiétude de ses concitoyens, n’est-elle donc pas de se demander si l’accroissement d’une immigration musulmane déjà pléthorique peut encore être acceptée ? Qui ne voit que ce tiers d’identitaires musulmans va nécessairement augmenter en valeur absolue si la masse augmente ? Et qui peut certifier – eu égard au déni ambiant-que ce tiers, en cas de circonstances dramatiques, ne deviendrait pas la moitié ou pire ? Et que la proportion des terroristes n’augmenterait pas aussi exponentiellement ? Il suffit pour ébaucher un début de réponse de relire les chiffres officiels, probablement bien en dessous du chiffre réel. Selon la Chancellerie, 349 auteurs d’infractions à caractère terroriste sont actuellement en détention (contre 90 en 2014). Parmi eux, 31 femmes et 18 mineurs. Cinquante-cinq sont placés à l’isolement, pour violence ou refus d’échange. Par ailleurs, 1 336 détenus sont identifiés comme radicalisés, contre 700 en 2015.
Environ 11 400 personnes sont fichées « S » pour islamisme. Parmi elles, 25 % sont des femmes et 16 % des mineurs. Ces individus doivent être distingués des militants les plus actifs, 2 000 autres personnes identifiées comme ayant un lien avec les filières terroristes en Irak et en Syrie.
À l’heure actuelle, plus de 2 000 Français ou résidents habituels en France sont impliqués, d’une façon ou d’une autre, dans les filières djihadistes. Environ 700 d’entre eux sont actuellement présents sur les théâtres d’opérations syriens ou irakiens, parmi lesquels près de 300 femmes et une vingtaine de mineurs combattants. (La Croix 21 avril 2017)
J’en reviens donc au « principe sociologique de précaution »: en cas de doute (qui n’en a pas ?) il faut suspendre -au moins temporairement- la continuation des processus migratoires de masse, qu’elles qu’en soient les origines et les causes. Puis ce sera au peuple français, seul, de se prononcer par referendum après un débat sans tabous et fondé sur des données. Toute autre démarche serait -a déjà été jusqu’ à présent – anti-démocratique et dangereuse.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

S'inscrire à la lettre d'informations hebdomadaire

Découvrez les nouveaux articles chaque mardi

Merci de votre inscription