subscribe: Posts | Comments

Tintin au Congo: le coup de gueule d’Henri Temple

0 comments

Au Burkina Faso, la France deux fois humiliée

 

Article du Réveil Français , écrit par : Henri Temple, ex professeur de droit économique à l’Université de Montpellier, expert international, avocat Philosophe

 

De N. Sarkozy (désastreux discours de Dakar; désordre installé en Libye) à E. Macron hier à Ouagadougou, en passant par l’échec civil de Hollande après la réussite militaire au Mali, trop de présidents français méconnaissent ou méprisent l’Afrique. Et l’étalent.
Le déplacement de E. Macron au Burkina Faso était important : ce pays pauvre et digne est non seulement désormais sur le front contre l’islamisme armé du Sahel, mais il est aussi le siège de l’UEMOA (le marché commun de l’Afrique de l’Ouest), et enfin un pays politiquement exigeant qui a chassé son président par la rue, mais a su toutefois procéder à une transition dans l’ordre.
C’était une erreur de vouloir s’exprimer à l’Université de Ouagadougou connue comme étant un fief de grévistes et de sankaristes (ext. gauche). Une erreur d’y évoquer Sankara – quoiqu’on pense de sa mort qui est un problème interne au Faso – alors que la majorité silencieuse de la population n’est pas favorable au sankarisme. Une erreur de dire qu’il n’y a plus de politique africaine de la France en Afrique. Car la France se doit d’en avoir une. Une immaturité d’humilier publiquement le Président du Faso devant un amphi agité et les caméras du monde entier, en le tutoyant -alors qu’il quittait la salle provoquant un grave incident diplomatique – pour lui demander « s »il allait réparer la clim »'(sic). Une erreur de critiquer l’opération libyenne de son prédécesseur Sarkozy (même si cette action militaire a été un désastre), une erreur de parler  »des crimes de la colonisation ».
Mais une autre humiliation aura été l’accueil d’E.Macron, malgré tout chef d’état, mal pensé et mal organisé par les autorités locales d’un pays sous perfusion d’aides internationales : attaque à la grenade d’un véhicule de l’armée française en ville, manifestations violentes d’hostilité anti française dans les voies adjacentes à l’université, caillassage du convoi…
Petit à petit transparaît, chaque jour un peu plus, le vide élyséen. Présage, hélas, d’une nouvelle perte de substance économique et politique et d’un nouveau recul du rayonnement et de l’image de la France. Hier soir les commentateurs télé, perplexes, prudents ou cauteleux devisaient gravement sur le  »nouveau style »apporté par E.Macron.
Mais désormais chacun a compris que l’incapacité de ce président à se maîtriser, ses postures et discours sans cohérence, sont très inquiétants.

 

 

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

S'inscrire à la lettre d'informations hebdomadaire

Découvrez les nouveaux articles chaque mardi

Merci de votre inscription