subscribe: Posts | Comments

Nouvelle tension militaire créée par Erdogan avec l’Égypte et la Grèce

0 comments

 

Article du Réveil Français , écrit par : Henri Temple, ex professeur de droit économique à l’Université de Montpellier, expert international, avocat Philosophe

 

En politique étrangère il est de bon ton de ne pas dire la vérité sur les protagonistes et même de ne pas tirer des conséquences du réel politique non-dit. C’est ainsi qu’on laissa faire Hitler, Staline, Mao, Ceaucescu, Bokassa, Pol Pot, les Kim, Kadahfi… Les médias se sont trouvé avec le Président Trump une…tête de Turc, mais les diplomaties, notamment européennes, ne font rien contre Erdogan qui lui, devient de plus en plus dangereux. Mythomane, totalitaire, islamiste ambigu, grossier, et guerrier il vient de créer de nouveaux foyers de tension : non seulement en envahissant le nord Syrie (n’a-t-il pas dit vouloir chasser El Assad ?), mais depuis peu avec la Grèce et l’Égypte. Depuis une dizaine de jours, la marine turque a entrepris des manœuvres sur fond d’enjeux gazier : dans le sous sol méditerranéen. Un navire garde côte grec (autre pays de l’OTAN…) a été éperonné et un navire italien de prospection gazière forcé sous menace de canonnage de partir. Les marines égyptiennes et turques des deux pays se font face et les vaisseaux italiens et grecs ne sont pas loin. La question des gisements gaziers près de Chypre, mais aussi l’interdiction des Frères musulmans par le pouvoir égyptien en 2013 ont envenimé les relations. De surcroît le basculement encore instable des alliances (Russie/Iran/Turquie Vs USA/ Arabie/Israël) crée une incertitude supplémentaire.
Les Frères musulmans (des intégristes islamiques) ont été chassés en 2013 du pouvoir par l’actuel président égyptien Abdel Fattah al-Sissi, alors ministre de la Défense. Erdogan dénonce depuis lors sans cesse  » le coup d’État militaire » et a offert l’asile politique à de nombreux responsables de ce mouvement radical, considérée comme  »terroriste » et réprimé en Égypte.
Les médias égyptiens accusent Erdogan de menées subversives contre l’Égypte ; notamment par le transfert de centaines de jihadistes fuyant la Syrie, vers la Libye, pour déstabiliser l’ouest égyptien, et s’infiltrer au nord Sinaï où la guérilla terroriste attaque violemment l’armée et les civils.
Et, de fait, les chaînes de télévision turques donnent la parole aux Frères musulmans qui appellent au renversement, de  »la dictature militaire de Sissi ».
La crise a, en plus de ces raisons historiques et politiques, un motif économique. Entre Chypre et Syrie se trouvent de grands gisements gaziers off shore. La Grèce, l’Égypte et Chypre ont conclu un accord pour la mise en valeur de ce gisement. Or la Turquie prétend qu’elle aurait un droit sur ce gisement, en prétextant de son occupation militaire illégale sur le nord de Chypre. D’ailleurs cette enclave est supposée être un état : la prétendue République turque de Chypre du Nord, entité mafieuse, reconnue par le seul Erdogan.
Face à l’agressivité de la marine turque, le porte-hélicoptère Mistral « Anouar el Sadate » et plusieurs autres bâtiments, dont des sous-marins, ont quitté leur base d’Alexandrie pour défendre le gisement gazier de Zohr. En Turquie en Syrie, en Méditerranée, le pire est possible. Il est temps d’en empêcher Erdogan

 

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

S'inscrire à la lettre d'informations hebdomadaire

Découvrez les nouveaux articles chaque mardi

Merci de votre inscription