subscribe: Posts | Comments

Guerre commerciale défensive juste; guerre mondialiste agressive injuste Henri Temple *

0 comments

 

Article du Réveil Français , écrit par : Henri Temple, ex professeur de droit économique à l’Université de Montpellier, expert international, avocat Philosophe

 

Lisant l’hebdomadaire Valeurs actuelles de cette semaine j’y découvre des prises de positions contradictoires au plan de l’intelligence économique et incompatibles sur le plan théorique entre la Chronique de François d’Orcival et celle, au verso, de Yves de Kerdrel .
Le premier a bien compris le projet chinois, et (en creux) celui du Président Trump qui entend bien s’y opposer, voire le démanteler. Si les exportations chinoises ont centuplé en 35 ans c’est qu’elles servent un projet hégémonique indispensable à la paix civile et à l’ordre public sur cet océan démographique d’un milliard 370 millions de Chinois. Et à son expansion mondiale. Comme le note avec justesse M.d’Orcival  »le premier à condamner la guerre commerciale de Trump, c’est Xi Jinping…parce que les excédents commerciaux sont vitaux pour la Chine ».
Quand on tourne la page on change complètement de prédicats et de perspective. M. de Kerdrel nous assène des affirmations contestables. Quelques citations pour résumer cette ligne, qu’on définira comme bruxello-mondialiste :  »les guerres commerciales font des morts…Chacun de nous a plus à perdre qu’à gagner de la guerre commerciale qui débute et d’un repli sur soi. Le libre-échange est synonyme de paix… » Et M. de Kerdrel d’invoquer les mânes de son hebdomadaire qui  »depuis un demi siècle » mène un combat  »pour une économie libérale… » Un demi-siècle, c’est 1968. C’est à dire avant l’Acte Unique européen, avant Maastricht, avant le traité de Marrakech (OMC), celui de Lisbonne, les traités transocéaniques…Rien à voir avec la situation actuelle. Depuis 1968 : la fin de la PAC, des quotas et des  »campagnes » agricoles, de la préférence communautaire, des accords ACP/CEE, puis les l’avènement de la monnaie unique ; les travailleurs migrants ; la financiarisation mondialisée ; la Chine…Quoi de comparable entre les deux périodes ? Y.de Kerdrel s’émerveille des performances des entreprises du CAC 40 :  »si nos champions français sont devenus de vrais champions c’est qu’ils ont devenus de moins en moins français (sic). Faut-il s’en désoler ? Non… » Puis il ajoute, citant Montesquieu, que  »l’effet naturel du commerce [du temps de la marine à voile] est de porter à la paix  ».
Il faut reprendre ces jugements hâtifs. C’est la situation actuelle de mondialisation qui est une guerre commerciale injuste et qui fait des morts. La France et l’Europe se sont terriblement désindustrialisées au profit de l’Asie (la part industrielle dans l’emploi est passée de 20 % en 1989 à 12 % en 2014 (http://www.lemonde.fr/les- decodeurs/article/2016/09/19/ visualisez-vingt-cinq-ans-de- desindustrialisation-dans-les- departements-francais) et 11 % en 2017. Notre déficit commercial est chronique (-62 milliards en 2017, contre -48 en 2016). Puis Y. de Kerdrel conclut, prophétique :  »n’oublions pas que les guerres commerciales ont toutes précédé des conflits armés  ». Or c’est une vue de l’esprit sans réalité historique : les conflits armés ont des origines religieuses, territoriales, la convoitise de richesses, notamment agricoles, maritimes, minières et pétrolières. C’est donc exactement le contraire de ces vaticinations qu’ont lit un peu partout. Car, c’est quand on s’en prend aux moyens de vie d’une nation ou de ses habitants que naît, même dans une démocratie, la volonté de résistance et la guerre défensive pour la juste survie des forces productives de la nation. Trump se rappelle que c’est la négation de l’économie américaine par la métropole anglaise qui a provoqué la guerre d’indépendance (Sugar, Stamp, Townshend, Tea Acts de 1764 à 1773).  »Le protectionnisme c’est la guerre » ? La phrase recyclée par E.Macron, est, prétend-t-on, empruntée à Aristide Briand (septembre 1929 à la SDN à Genève). Lui même l’avait mal comprise d’un article de Von Mises qui disait (pensant au Reich dont il avait été banni) qu’un pays qui se prépare à la guerre est protectionniste. Ce n’est pas la même chose, si ce n’est le contraire. La légitime défense n’est pas la guerre. C’est la mondialisation qui est l’agression. Quant à l’économie elle ne se résume pas au CAC 40. Le chiffre de l’emploi et le niveau de vie sont les seuls vrais indicateurs. Une nation doit donc protéger, quand c’est nécessaire, son industrie et son agriculture. Et même si on n’était pas d’accord, qui va arrêter le brise glace Trump ? Autant le suivre et en tirer profit.
* Henri Temple est universitaire, spécialiste du droit économique, philosophe, expert international

 

 

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

S'inscrire à la lettre d'informations hebdomadaire

Découvrez les nouveaux articles chaque mardi

Merci de votre inscription