subscribe: Posts | Comments

La Russie accuse les Américains de vouloir bombarder Damas

0 comments

Le prétexte: une attaque chimique attendue

 

Article du Réveil Français , écrit par : Katya Golubkova

 

Ainsi voit on s’afficher une stratégie déjà dénoncée , mais toujours habilement camouflée , qui consiste à soumettre les populations otage à des gaz chimiques et accuser Damas du forfait. Seulement, il se trouve que les services de renseignements russes ont éventés la future attaque . Gageons que cette anticipation permettra d’éviter une nouvelle escalade de la violence .
Dépêche d’agence .
Reuters mar. 13 mars 20:25
La Russie a dit mardi avoir été informée que les Etats-Unis se préparaient à bombarder le quartier des ministères à Damas en invoquant un faux prétexte. Elle a promis de riposter en cas de menace contre ses soldats présents en Syrie. /Photo prise le 2 mars 2018/REUTERS/Omar Sanadiki
MOSCOU (Reuters) – La Russie a dit mardi avoir été informée que les Etats-Unis se préparaient à bombarder le quartier des ministères à Damas en invoquant un faux prétexte. Elle a promis de riposter en cas de menace contre ses soldats présents en Syrie.
Le chef de l’état-major des forces armées russes, Valéri Guerassimov, a déclaré que les rebelles de la Ghouta orientale s’apprêtaient à monter de toutes pièces une fausse attaque à l’arme chimique contre des civils pour en attribuer la responsabilité à l’armée syrienne.
Les Etats-Unis, a-t-il ajouté, entendent utiliser ce faux prétexte pour bombarder le quartier des ministères de Damas où sont basés des ressortissants russes (conseillers militaires, membres de la police militaire, observateurs du cessez-le-feu).
« Dans l’éventualité d’une menace sur la vie de nos soldats, les forces armées russes prendront des mesures de représailles à la fois sur les missiles et sur leurs lanceurs », a averti Valéri Guerassimov.
Guerassimov et le chef d’état-major des armées américaines, le général Joseph Dunford, se sont entretenus au téléphone mardi et ont convenu de poursuivre les contacts bilatéraux.
Les Etats-Unis, qui ont mis en circulation un nouveau projet de résolution sur la Syrie aux Nations unies, ont haussé le ton lundi en se disant prêts à passer à l’action si le Conseil de sécurité de l’Onu est paralysé.
« Ce n’est pas la voie que nous préférons, mais c’est une voie que nous prendrons, ainsi que nous l’avons démontré, et que nous sommes prêts à reprendre », a prévenu l’ambassadrice américaine auprès de l’Onu, Nikki Haley, faisant allusion aux frappes de missiles ordonnées par Donald Trump sur une base de l’armée syrienne à la suite d’une attaque chimique contre la localité de Khan Cheikhoune en avril 2017.
Damas dément régulièrement l’utilisation d’armes chimiques.
(Katya Golubkova; Henri-Pierre André et Jean-Stéphane Brosse pour le service français)

 

 

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

S'inscrire à la lettre d'informations hebdomadaire

Découvrez les nouveaux articles chaque mardi

Merci de votre inscription