subscribe: Posts | Comments

THERESA MAY JETTE EN PRISON DEUX MILITANTS IDENTITAIRES

0 comments

QUI VOULAIENT PARLER À HYDE PARK : VIVE L’HABEAS CORPUS ! AUJOURD’HUI

 

Vu sur : Boulevard Voltaire, écrit par : Floris de Bonneville Journaliste Ancien directeur des rédactions de l’Agence Gamma
Tandis que Thérésa May , dans la continuité idéologique de la Grande Bretagne, s’évertue à accueillir sans vergogne toute la lie islamiste sous prétexte de société multiculturelle et malgré un discours soi-disant anti immigration, la seule culture qu’elle combat semble être celle qui défend les valeurs de l’Occident. Vous avez dit outrance?

 

Nos démocraties ne supportent décidément pas que l’on s’oppose à leur dhimmitude. Le très récent exemple nous vient de la très perfide Albion, qui semble extrêmement tolérante au pire radicalisme islamique mais fermée à toute critique identitaire.
Le jeune Autrichien Martin Sellner et sa compagne Brittany Pettibone, journaliste indépendante américaine, avaient décidé de venir s’exprimer au fameux « Hyde Park Corner » où, chaque dimanche que Dieu fait, n’importe quel hurluberlu peut interpeller les curieux. Sauf ceux que le politiquement correct de Theresa May semble avoir désignés. Car si Muhammad Al-Arifi a pu, par le passé, prêcher le pire dans cet espace très particulier de Londres, il est strictement interdit aux identitaires, de quelque nationalité qu’ils soient, de venir déverser leur vérité sur le sol britannique.
C’est ainsi que nos deux passagers, dès la présentation de leur passeport à l’aéroport de Luton, se sont vus mis en état d’arrestation, menottés et conduits manu militari dans un centre de détention où tous leurs effets personnels leur ont été confisqués et que, chacun de son côté, ils se sont retrouvés enfermés avec de vrais criminels. Au pays de l’habeas corpus, l’emprisonnement peut visiblement s’abattre très vite sur votre petit corps…
Précisons que ce dangereux Martin Sellner est le patron des Identitaires autrichiens et qu’il fut l’un des organisateurs de la mission Defend Europe, dont le navire C-Star empêcha pendant plusieurs semaines les bateaux de migrants de quitter la Libye. Quant à sa compagne, Brittany la si bien-nommée (ou si mal, pour les autorités britanniques ?), elle dit elle-même, sur son compte Twitter, être une activiste politique fortement engagée auprès de Martin Sellner.
Les autorités britanniques avaient été averties que le couple avait l’intention de discourir sur le thème de la liberté d’expression. Le micro de Martin Sellner n’aurait pas décrié la lamentable islamisation du Royaume-Uni mais simplement souhaité une plus grande liberté de parole, que préconise depuis le milieu du XIXe siècle ce célèbre « coin de Hyde Park ». Mais voilà, pour le gouvernement de Mme May, ce couple constituait une sérieuse menace pour l’ordre public. L’acte d’expulsion est très explicite. Et très étrange puisque, à l’intérieur de l’Union européenne dont fait toujours partie la Grande-Bretagne, la circulation est théoriquement libre pour tout citoyen européen…
Signé par le directeur de l’immigration, l’acte adressé à Brittany Pettibone déclare : « Vous avez souhaité pénétrer au Royaume-Uni pour 5 jours mais j’ai toutes les raisons de croire que vous avez l’intention d’y interviewer Tommy Robinson, un leader d’extrême droite qui encourage la haine raciale. Votre ami a admis être cofondateur de la branche autrichienne « Génération Identitaire » connue pour être une organisation d’extrême droite. » En conséquence de quoi, le couple est accusé d’« être une sérieuse menace aux intérêts fondamentaux de la société aux fins de créer des tensions entre les différentes communautés ». « Aussi, je vous interdis de pénétrer au Royaume-Uni, vous retournerez à Vienne par le vol U22463 de 17 h 25 », stipule ce document. Il a été signé le 9 mars. Pendant deux jours, Martin et Brittany seront donc séparés dans cette prison de trois étages. Et traités comme de vulgaires criminels.
C’est un peu ce que notre propre gouvernement vient de faire en condamnant lourdement cinq jeunes identitaires français qui protestaient contre la construction d’une mosquée-cathédrale à Poitiers, ville hautement symbolique.
Ah, si seulement tous les prêcheurs de haine, tous les apprentis terroristes actuellement en liberté en Europe subissaient la même vigilance de la part de la police et de la justice de nos pays…

 

 

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

S'inscrire à la lettre d'informations hebdomadaire

Découvrez les nouveaux articles chaque mardi

Merci de votre inscription