subscribe: Posts | Comments

La francophonie au Moyen-Orient : un enjeu de civilisation

0 comments

 

Vu sur : l’Œuvre d’Orient, écrit par : Mgr Pascal Gollnisch, directeur général de l’Œuvre d’Orient
11/04/2018
La tribune de Mgr Pascal Gollnisch, directeur général de l’Œuvre d’Orient, dans Libération aujourd’hui. « Plus de 400 000 élèves reçoivent un enseignement en français au Proche et Moyen-Orient sans recevoir aucune aide de la francophonie. Le français est pourtant un facteur de cohésion entre chrétiens et musulmans qui se côtoient dans les écoles francophones. »

 

Dans une région déchirée où semblent se concentrer les tensions internationales, les violences extrêmes, les découragements et la lassitude des populations, la culture française apparaît comme un vecteur de réconciliation et d’espérance.
Elle est en effet porteuse de valeurs de liberté, de fraternité, d’égalité comme également d’une certaine idée de la laïcité qui sont les valeurs auxquelles les habitants aspirent même s’ils n’ont pas toujours les moyens de l’exprimer.
Le français n’est pas langue du passé ou du colonialisme, elle est celle d’un universalisme qui n’est pas une mondialisation anglo-saxonne, nivelante, arrogante, dominatrice et ignorant les génies des peuples.
Laisser dans cette région s’instaurer le seul face-à-face entre l’arabe et l’anglais revient à l’enfermer dans un rapport de force au service des intérêts financiers. Le français a cette capacité d’ouvrir les cœurs et les esprits à un véritable respect de la diversité des cultures. Non seulement en raison de la grandeur de son Histoire mais à cause d’un regard vers l’avenir en faveur d’un monde plurilatéral, où on tournerait le dos à l’idée de la domination d’un pays, ou de quelques pays, et où on s’orienterait vers une harmonie symphonique des langues, des peuples, des civilisations. La langue française est porteuse d’un humanisme dans lequel les plus pauvres, les plus désarmés, sinon les plus discriminés ou persécutés peuvent se prévaloir de la dignité d’être citoyens du monde.
La francophonie est une réalité du présent et de l’avenir, et il est douloureux de voir des Français en douter. Cependant comme le soulignait le Président Macron devant l’Académie française, la francophonie dépasse les seules réalités hexagonales.
Il est significatif de voir comment les populations de Mossoul, durement éprouvées par trois années sous Daech, attendent la réouverture d’un centre culturel francophone comme un signe de la véritable reconstruction de la ville.
Il n’est pas abusif de considérer la puissance prophétique de la langue française, car elle n’est plus la langue d’un envahisseur mais d’un ami.
La francophonie dans les établissements scolaires catholiques du Moyen-Orient est une francophonie oubliée.
De l’Egypte à la Turquie, en passant bien sûr par le Liban, mais aussi par la Syrie, 400 000 élèves reçoivent un enseignement en français. Depuis des siècles, y sont accueillis des élèves chrétiens et musulmans, qui apprennent à se connaître et à se respecter ; des élèves garçons et filles, permettant ainsi une vraie promotion de la femme. Des élèves riches et pauvres, et parfois très pauvres. Les cadres de ces pays ont souvent été formés dans ces établissements connus et respectés de tous, établissements au cœur des grandes villes comme dans les campagnes reculées.
Quatre cent mille élèves, autant que les élèves des établissements français homologués dans le monde entier.
Qui sait que dans la bande de Gaza se maintiennent trois établissements catholiques, animés par des religieuses admirables, avec 99% d’élèves musulmans ? Qui parle des écoles catholiques en Haute-Egypte, ou des établissements francophones à Damas ou à Alep ?
L’Œuvre d’Orient a organisé deux colloques à Paris en 2014 et 2016 pour lequel peu d’élus ont manifesté de l’intérêt, où nous attendons la réponse de l’académicien que nous y avons invité, et où il a fallu rappeler à plusieurs reprises l’Organisation Internationale de la francophonie pour qu’elle daigne y envoyer un observateur.
Quatre cent mille élèves et leurs professeurs qui ne sont guère soutenus par ceux que l’on croyait chargés de promouvoir la francophonie.
Est-ce seulement un problème de budget, ou plutôt une incompréhension de l’enjeu que représentent ces établissements ? Comment développer le réseau des Alliances françaises ?
Il n’en va pas seulement du rayonnement de la France dans cette région pour les années qui viennent mais il s’agit de soutenir le mouvement de fond vers la citoyenneté et les droits de l’homme pour tous. Les mouvements récents, dits du printemps arabe, ont été révélateurs de ces aspirations mais en même temps déviés et récupérés par des intérêts internationaux et financiers liés à la culture anglo-saxonne. Le français est la culture de la liberté.
On notera enfin que les établissements francophones d’éducation comportent à présent des établissements universitaires ou académiques soutenant la recherche dans de nombreux domaines.
Ces structures permettent de former les élites de demain dans un esprit de construction de sociétés inclusives.
L’enjeu est bien de reconnaître la juste place des minorités et d’une laïcité qui ne soit pas une imitation des sociétés occidentales mais l’élaboration d’un modèle conforme à la personnalité des peuples du Moyen-Orient.
Le défi ultime est celui de la paix et des conditions qu’elle exige.
On sait que Samuel Huntington craignait que les prochains conflits ne soient pas d’ordre territorial ou économique mais civilisationnels, il n’en conclut pas moins que la civilisation sera le meilleur moyen d’éviter les guerres.
La francophonie au Moyen-Orient est un élément clé de cette civilisation de paix dont la Méditerranée a besoin.
Le prochain congrès de l’enseignement catholique du Moyen-Orient les 12 et 13 avril à Beyrouth illustrera l’ambition et les besoins de cette francophonie.

 

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

S'inscrire à la lettre d'informations hebdomadaire

Découvrez les nouveaux articles chaque mardi

Merci de votre inscription