subscribe: Posts | Comments

Vive l’Italie?

0 comments

 

Vu sur : LAFAUTEAROUSSEAU, écrit par : Rédaction
Voilà que tout se déglingue dans l’Europe de la libre concurrence et du règne absolu de la loi du marché. Manifestement les peuples sont mal élevés et auraient même la prétention de revendiquer d’être un temps soit peu entendus. « On ne fait pas d’omelettes avec des oeufs durs » rappelait fort opportunément Hubert Védrine récemment à propos de la construction européenne et de la résistance des nations. Le nouvel avatar italien en est une illustration.

 

Les fonctionnaires de Bruxelles, la structure de l’U.E., ses commissaires et ses parlementaires, ses conseils des ministres, ses sommets des Chefs d’Etats, ses techniciens, ses idéologues et ses négociateurs, ont cru que l’on pouvait infliger aux vieux peuples historiques, aux nations constituées de longue main, aux Etats membres, les pires avanies sans que rien ne se passe.
Ils ont cru que ces entités dites du passé, de l’Histoire, de l’ancien monde, resteraient sans voix, ne regimberaient pas. Ils ont pensé que les peuples molestés accepteraient sans mot dire d’être envahis de migrants et de produits chinois ou autres.
Exposée de plein fouet à ces fléaux, dans l’inconscience et le laxisme le plus général, ils ont eu l’Italie de la Ligue et de Cinq Etoiles. Elle fait trembler tout l’édifice, fragile comme ce qui est artificiel.
Que la Grande Bretagne ait quitté l’U.E. était un coup dur. On a poussé les hauts cris, lancé des anathèmes, brandi des menaces. Mais l’on savait bien que l’Angleterre, arrivée tardivement, n’avait jamais été vraiment tout à fait à l’intérieur de l’Union. Un pied dedans, un pied dehors, telle était sa réalité. La Livre sterling, la reine, le Commonwealth, le grand large, un lot de substantielles dérogations aux règles communes, la tenaient dans cette position de pays membre très spécial de l’Union. Son départ fut douloureux, mais pas vraiment surprenant.
Que les pays d’Europe Centrale, derniers venus de l’Union, aient assez vite fait entendre leur différence et bientôt leur opposition, devenue ultimement une fronde identitaire, on pouvait encore se rassurer. Ils sortaient du communisme et confinaient à l’arriération. On pouvait encore, façon d’en sortir indemnes, mettre leurs réactions sur le compte de ces deux malheurs, effets d’un temps révolu …
Mais l’Italie ! L’Italie du traité de Rome, de De Gasperi, l’un des plus éminents pères fondateurs de l’Europe ! L’Italie de la toute puissante démocratie chrétienne d’après-guerre, d’Aldo Moro, Fanfani, Andreotti ! L’Italie de Montini, l’Italie des papes ! Tous grands européens, mondialistes, immigrationnistes convaincus, comme l’est le pape François, lui-même italo-argentin ! L’Italie, qui plus est troisième puissance économique de l’U.E., balayant tout cela, se dotant d’un gouvernement antisystème ! L’affaire, cette fois-ci est, comme le dit le langage diplomatique, de la plus haute importance.
Avec ses qualités et ses défauts, l’Italie est éminemment européenne et le restera. Mais elle vient de rejeter à grand bruit l’Europe de Bruxelles. ■

 

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

S'inscrire à la lettre d'informations hebdomadaire

Découvrez les nouveaux articles chaque mardi

Merci de votre inscription