subscribe: Posts | Comments

Ne parler du consommateur que si on connaît le sujet

0 comments

A propos d’une rubrique du site Contrepoints : Le libre-échange n’a que des avantages pour le consommateur

 

Article du Réveil Français , écrit par : Henri Temple, ex professeur de droit économique à l’Université de Montpellier, expert international, avocat Philosophe

 

Le site  »Contrepoints » est un site d’inspiration ultra libérale qui reproduit majoritairement des textes US, et parfois français, alignés sur cette idéologie approximative et intéressée.
Le dernier en date de ces textes affirme que :  »le libre-échange n’a que des avantages pour le consommateur…/… la guerre commerciale se fait au détriment de chacun de nous. Le libre-échange est la seule politique loyale d’un gouvernement vis-à-vis de ses ressortissants ».
Évidemment la cible privilégiée est, une nouvelle fois, le Président Trump et son sabordage in fine de l’accord du G6 (ce qui reste du G8). D.Trump explique, comme il l’a toujours fait, qu’il privilégie l’intérêt national et l’emploi de ses compatriotes. D’ailleurs ça marche car les Américains de base plébiscitent son action qui réussit si bien à leur pays.
Le Financial Times ne comprend rien (ce n’est pas nouveau) de ce que dit Trump en écrivant : « Trump …/…a dit qu’il voulait que l’ensemble des nations du G7 suppriment toutes taxes à l’importation, subventions et autres barrières commerciales ». Ce dont ce journal infère que Trump aurait changé d’avis depuis ses propos de campagne anti mondialisation…Grave  »erreur » (?). En réalité Trump constate que la mondialisation est faussée par quantité de manœuvres déloyales et donc qu’il se préserve de ces conséquences perverses. L’exact inverse des appréciations de ce journal qui s’est discrédité par ses positions partisanes; une fois de plus.
Pour l’éditorialiste de Contrepoints  »le libre échange permet à chacun de se procurer au meilleur prix ce qu’il veut. Si quelqu’un d’autre que vous fait à l’étranger quelque chose de mieux que vous, au nom de quoi une autorité supérieure voudrait-elle vous en priver ? La réponse classique à cette question est en général « les travailleurs » ; c’est d’ailleurs la justification donnée par Trump. Mais pourquoi serait-il judicieux de favoriser la minorité des travailleurs œuvrant sur la valeur ajoutée d’un produit donné… aux dépens de la majorité des clients du produit en question ? Ces clients sont eux-mêmes des « travailleurs » dans un autre domaine…/… vous constaterez aisément [que les pays] qui taxent le plus sont les plus pauvres et ceux qui taxent le moins, les plus riches. En Europe, la Suisse pratique le libre-échange unilatéral. En Asie, c’est Singapour et Hong Kong (sic). Ces pays font partie des plus riches de leur zone géographique et de la planète. »
Il y a là tant d’approximations, de contre-vérités ou de confusions, qu’il sera difficile de les réfuter en détail. Mais :
1 Le choix (simpliste) n’est pas entre le tout protectionnisme ou le tout libre-échangisme : car il est légitime et même impérieux de sauver les filières nationales quand elles sont injustement ou dangereusement menacées de disparaître; tout en supprimant les droits de douanes là où ces filières n »existent pas. Cette légitime défense économique se fera par des taxes égalisatrices, à la sortie du pays exportateur ou à l’entrée du pays importateur. Et, il est vrai aussi, en réduisant les charges excessives sur le producteurs et les contribuables. Ou par des transferts de ces charges (TVA sociale).
2 La Suisse est justement un parfait exemple de cette intelligence douanière. Pas du tout ce qu’en dit l’éditorialiste hâtif, dont les autres  »exemples  » ne sont pas des nations mais des villes-états-business, guère démocratiques (Singapour, Hong Kong), dont les problèmes ne sont en rien comparables avec ceux de grands pays ayant des responsabilités internationales et nationales.
3 Non  »les consommateurs ne sont pas aussi des travailleurs ». Ce qui, dans la tête de l’éditorialiste  »naïf », tendrait à dire que ce qu’on perd ici on le gagne là…Beaucoup de travailleurs sans emploi et sans ressources (on dit aussi, à tort, chômeurs) ont été privés de leur emploi pour raison de faillite et de délocalisations provoquées par le moins disant social, légal, environnemental et démocratique d’autres pays moins civilisés sur ce plan. La civilisation doit se défendre. En priorité contre les idées décadentes.

 

 

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

S'inscrire à la lettre d'informations hebdomadaire

Découvrez les nouveaux articles chaque mardi

Merci de votre inscription