subscribe: Posts | Comments

Le royaume du Danemark ferme ses portes définitivement aux migrants !

0 comments

 

Article du Réveil Français , écrit par : Frederic de Natal

 

Le royaume du Danemark ferme ses portes définitivement aux migrants !
«Vivre ici ne fera pas de vous l’un d’entre nous » avait écrit, à propos des migrants, la reine Margrethe II du Danemark lors de la parution d’un livre sur l’histoire du royaume en octobre 2016, intitulé « nos racines profondes » (De Dybeste Rødder), co-écrit avec le journaliste Thomas Larsen*. L’information a été peu commentée par notre presse nationale mais la monarchie danoise a décidé de fermer la porte aux « migrants illégaux en quête d’union de complaisance » comme l’indiquait récemment un article du Figaro daté du 13 juillet. La monarchie du Danemark est-elle entrée en guerre contre l’Europe ?
«Il n’y a aucune loi naturelle qui fait que l’on devienne Danois quand on vit au Danemark. Ça n’arrive pas automatiquement». Limitée à des fonctions cérémonielles et astreinte à un devoir de neutralité, en dépit du fait que constitutionnellement, elle détient toujours « l’autorité exécutive ultime du gouvernement danois », les sujets de la reine Margrethe II sont peu habitués à la voir taper du poing sur la table. A 77 ans, la souveraine montée sur le trône de ce pays nordique en janvier 1972 était intervenue de manière surprenante dans le débat national sur l’immigration qui agite toujours encore le royaume. Un des thèmes de prédilection du Dansk Folkeparti (DF ou Parti du Peuple danois) dont la formation eurosceptique n’a cessé de multiplier son nombre de députés (13 en 1995 lors de sa création à 37 en 2015 sur 179 élus) à chaque scrutin pour devenir aujourd’hui le second parti officiel d’opposition du pays.
«Nous avons pensé que ça marcherait tout seul. Que si vous marchiez dans les rues de Copenhague, que si vous buviez l’eau publique ou vous preniez le bus municipal, vous deviendrez rapidement un Danois. C’était naturellement évident pour nous, et donc nous avons pensé que ça devait être aussi évident pour ceux qui s’installaient ici. Mais ça n’a pas été le cas» a dit une voix irritée la petite fille du roi Christian X. Ce souverain qui durant la seconde guerre mondiale s’opposa aux mesures discriminatoires contre les juifs, imposés par l’occupant nazi (et qui donna naissance à cette légende du roi portant l’étoile jaune en guise de soutien aux hébreux déportés). « Le Danemark n’est pas un pays d’immigration et ne l’a jamais été et n’acceptera une transformation multiethnique du pays » peut-on lire dans le programme du DF qui soutient l’actuel gouvernement du premier ministre libéral Lars Løkke Rasmussen.
Epuisé par le quota imposé par Bruxelles de 500 migrants par an sur son sol national, multiplié depuis par 5 (2017), critique face à la gestion de cette crise l’Europe, le royaume a fini par claquer la porte de l’organisation des Nations Unies pour les réfugiés, début de cette année. La reine avait averti que le royaume ne pourrait pas faire face longtemps à tous ces gens qui arrivent dans un endroit qui leur est étranger. Le Danemark n’est pas une sorte de papier buvard, qui absorbe tout ce qui est nouveau » continuait de tempêter Margrethe II.
La monarchie danoise s’est désormais singulièrement démarquée de cette Europe technocratique qui se fracture de plus en plus.
Le gouvernement de la reine, elle-même ayant donné un avis favorable lors des promulgations des lois liées à la politique d’immigration, a durci considérablement sa législation. Dorénavant tout candidat au séjour dans le royaume, fuyant un pays en guerre, à l’obligation d’apprendre et maîtriser le danois et prouver qu’il entend se fondre au sein de la culture danoise. Il est vrai que le royaume avait été particulièrement échaudé par l’attentat islamiste qui avait frappé son sol le 14 février 2015 et qui avait fait 3 victimes (dont l’auteur). « Depuis cette date, la majorité de droite au pouvoir a édicté plus de 67 mesures restrictives sur l’immigration avec un avertissement clair aux réfugiés. Si le pays est en guerre, un asile temporaire est donné. S’il est en paix, les réfugiés doivent retourner chez eux » rapportait en février dernier dans un reportage, la chaîne de télévision France Info. Avec effets immédiats puisqu’en 3 ans, le nombre de prétendants au précieux sésame de demandeurs d’asile a chuté de 21.000 à 3.500.
«La gestion de ce problème devient plus difficile quand tant de gens avec des origines diverses et une religion définie arrivent à la fois. Ils risquent de s’isoler malgré eux » avait craint la souveraine. Le débat s’est encore plus radicalisé quand le DF a suggéré en décembre de mettre les demandeurs d’asile déboutés en attente d’expulsion (environ un millier) sur quelques-unes des 300 îles inhabitées du royaume. Une idée qui a été reprise par la ministre libérale de l’Immigration Inger Støjberg. Non sans émois dans un pays où la tolérance envers toutes religions et communautés étrangères ont toujours été intégrés comme un des principes acquis de bases de l’état-providence.
Désormais c’est aux mariages blancs que vient de s’attaquer le gouvernement de la reine Margrethe II. Le ministre des affaires sociales, Mai Mercado, a dénoncé les trafics juteux organisés par la mafia locale qui font venir en masse des migrants pour les marier avec des danois favorables à leur accueil dans le royaume. 10% des mariages célébrés au Danemark seraient d’origine frauduleuse d’après la ministre. Une loi a donc été votée en même temps en ce sens afin de les interdire définitivement ainsi qu’une autre début de mois qui prévoit l’interdiction du niquab et de la burqua et qui oblige que les «enfants des ghettos», ces quartiers où se massent les demandeurs d’asile, soient séparés de leur famille pendant au moins 25 heures par semaine afin d’y recevoir un enseignement obligatoire sur l’inculcation des «valeurs danoises», y compris celles liées aux traditions chrétiennes de Noël et de Pâques. Avec en fond de toile si ceux décident de l’ignorer, l’arrêt immédiat des paiements des aides sociales auxquelles ils ont droits.
« Ceux qui sont venus d’Asie du Sud-Est ont généralement prospéré et se sont intégrés sans mal. D’autres ont eu plus de difficultés à s’adapter ayant eu du mal à trouver leur rythme dans notre pays» a déclaré dans un certain constat la reine du Danemark. «Cela n’est plus comme il y a 30 ans, aujourd’hui je ne dirais plus que nous sommes un pays multiculturel » a-t-elle déclarée au Die Spiegel lors d’une interview. Des propos qui ont fait l’unanimité chez les descendants des vikings. Pour 70% des danois, la crise des migrants est désormais le problème numéro 1 du royaume.
Si un danois sur 4 souhaite aujourd’hui le retrait du royaume des institutions européennes et que 47% restent persuadés que Bruxelles brade sans vergogne sa souveraineté nationale, loin des atermoiements venus d’autres pays d’Europe de l’Ouest sur la question délicate des migrants, la monarchie danoise (plébiscitée par ses sujets à plus de 77%) a décidé de régler le problème en renforçant drastiquement ses lois sur l’immigration. Quitte à entrer en conflit ouvert avec cette Europe à laquelle elle a adhéré dans la liesse populaire en 1973.
Frederic de Natal

 

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

S'inscrire à la lettre d'informations hebdomadaire

Découvrez les nouveaux articles chaque mardi

Merci de votre inscription