subscribe: Posts | Comments

Livres: C’est la gauche qui a fait le fascisme

0 comments

Les « antifas » sont des archi-sots. Ils l’ont toujours été.

 

Vu sur : Lafautearousseau, écrit par : Philippe Ménard
Une synthèse novatrice.
Qu’est-ce que le fascisme ? Fut-il un mouvement réactionnaire, conservateur ou révolutionnaire ? Se situait-il à gauche ou à droite ? Et bien entendu : quelle place occupa Mussolini dans les débats idéologiques et dans le fonctionnement du régime ?
Le présent ouvrage donne non seulement des réponses à ces questions cruciales, mais porte sur le fascisme un regard nouveau et inhabituel chez les historiens français. Réaffirmant avec force le caractère totalitaire du régime, il replace l’idéologie qui le fonde dans sa nature révolutionnaire tout en la rattachant à la Révolution française et au socialisme. Si les fascistes cherchèrent à détruire par la violence la modernité libérale de leur temps, ce ne fut pas au nom d’un âge d’or révolu et dans une démarche passéiste, mais avec la volonté farouche de construire une société et un homme nouveaux. Cette ambition imprégnait aussi bien les pensées et les actes du Duce que ceux de ses disciples, y compris dans la radicalisation sanglante de la république de Salò. Pour toutes ces raisons, l’histoire du fascisme, ici racontée de la prise de pouvoir de Mussolini jusqu’à sa mort, est celle d’une révolution avortée.

 

Frédéric Le Moal a livré une somme sur le fascisme dont le premier et immense mérite est de parler… du fascisme. Le fascisme italien. Le fascisme de Mussolini. Et Frédéric Le Moal pose une question simple : qu’est-ce que le fascisme ? Il y répond longuement. C’est un des fils de la Révolution française. C’est un socialisme. C’est un étatisme. C’est un totalitarisme. C’est une histoire violente et sanglante, où la haine du christianisme se mêle au nationalisme, le rejet féroce du libéralisme à l’amour de l’État. C’est une volonté de révolution permanente qui se radicalise sans cesse – mais échoue (heureusement) à devenir aussi puissant que le totalitarisme soviétique ou nazi. Car l’Église, la monarchie, les différences régionales d’une Italie à peine réunie, les forces conservatrices, en un mot, lui ont fait barrage, outre que la personnalisation du pouvoir, tout entier incarné par Mussolini, lui a été fatale une fois le dictateur déchu (1943). Et la guerre n’a pas aidé.
L’auteur non seulement raconte par le menu la progression totalitaire du mouvement puis du gouvernement, sur plus de vingt ans, mais en plus cite abondamment les oeuvres du Duce, les journaux du parti : ce qu’il dit de la nature profondément révolutionnaire du fascisme n’est pas une reconstruction idéologique a posteriori mais le lent et véridique dévoilement du vrai fascisme, tel qu’il a été, enfin débarrassé des oripeaux réactionnaires dont l’a affublé le communisme antifasciste. Ce que l’insulte « fasciste » recouvre aujourd’hui, de même que son grotesque doublon, les « antifas » (aux méthodes précisément fascistes), est l’inverse de la réalité vécue par les Italiens. Le fascisme, progressiste, anticapitaliste, antisémite, anticlérical (et même anticatholique), antibourgeois, antidémocratique, rêvant de forger un homme nouveau, le fascisme est de gauche. De Gaulle, Poujade, Trump, Sarkozy, Le Pen, Bush, Poutine et Chirac (pour reprendre et compléter la plaisante liste que dresse l’auteur) sont aussi fascistes qu’ils sont sardines à l’huile.
Revenons sur quelques point cruciaux de l’histoire que nous raconte l’auteur. Tout d’abord, le Mussolini socialiste se transforme naturellement en Mussolini fasciste, sans se renier en rien. C’est l’époque où tous les socialismes tendent au totalitarisme, remède pervers aux désillusions libérales – déjà ! Ensuite, c’est la Révolution française qui met en place un paradigme redoutable : l’absolutisme du pouvoir politique et le contrôle total que l’État doit exercer sur la vie des citoyens, le culte d’une nation sacrée à laquelle on doit une absolue obéissance, la régénération nécessaire du peuple par la contrainte. La Révolution informe le fascisme. C’est d’ailleurs l’accomplissement d’une épiphanie révolutionnaire qui pousse l’Italie dans les bras de l’Allemagne nazie. Enfin, il a existé des fascismes tant les courants étaient nombreux mais tout tendait vers le Duce. L’incarnation du fascisme dans l’icône Mussolini, aussi risible que les photos de Poutine torse nu, a sans doute été aussi perverse dans ses effets ; le pape Pie XI l’avait averti (p. 243) : « Dites de ma part à M. Mussolini que sa façon de se diviniser me déplaît et lui fait du mal […I Faites-lui comprendre, en mon nom, que Notre Seigneur est le seul Dieu. Il ne pourrait donc être qu’une idole, un fétiche, ou un faux dieu ou, au maximum, un faux prophète. Invitez-le, toujours de ma part, à se rappeler que les peuples, les foules, tôt ou tard finissent par abattre les idoles. » Frédéric Le Moal raconte magnifiquement l’ascension et la chute de Mussolini, en éclairant ce destin à la lumière des convictions politiques, de l’idéologie. Le fascisme est bien mort, conclut-il. Mais, ajoute-t-il, « ce qui perdure, en revanche, c’est la tentation de remodeler l’être humain, de le transformer en fonction d’une idéologie, de l’émanciper de sa propre et inaliénable nature. » ■

 

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

S'inscrire à la lettre d'informations hebdomadaire

Découvrez les nouveaux articles chaque mardi

Merci de votre inscription