subscribe: Posts | Comments

Les États sont-ils entrain de reprendre la main sur la mondialisation ?

0 comments

Intervention d’ Henri Temple au séminaire franco russe de l’EHESS

 

Article du Réveil Français , écrit par : Henri Temple , universitaire, avocat, philosophe

 

« A l’initiative heureuse, courageuse et méritante du Pr Jaques Sapir, une sommité de la science économique et un grand connaisseur de la Russie post communiste, se tient chaque année à l’EHESS un séminaire franco russe dédié à la réflexion sur les questions économiques contemporaines.
55e séminaire Francorusse sur les problèmes monétaires et financiers CEMI (Centre des modes d’industrialisation de l’EHESS) et IPE-RAN (Institut de prévisions économiques de l’Académie des Sciences de Russie), EHESS Paris 10-12 Septembre 2018
Henri Temple était invité et y a prononcé une intervention dont le but était de rappeler ce que doit être l’économie et pourquoi les peuples qui ne se retrouvent pas dans la mondialisation font pression sur leurs gouvernants pour y mettre un terme. »La question soulevée est une des plus importantes qui se pose à l’humanité au XXIe siècle.
1/ Or la technique, pas plus en économie qu’en tout autre domaine, ne doit pas faire perdre de vue la finalité de la science; Maurice Allais (PNE) disait que l’économie vise à la  »maximisation du rendement social » (pas si loin de Xénophon, il y a 2500 ans) ce qui signifie que l’économie est avant tout censée apporter aux personnes aux familles, aux nations : emploi , pouvoir d’achat, large choix de biens de qualité, solidarité, services publics…
2/ Or encore à tous niveaux (macro, méso, micro-économique) cette  »maximisation » est – bien avant la clé de répartition/redistribution – tributaire du potentiel d’un système économique et social considéré. Il faut absolument, comme disait Friedrich List, préserver et augmenter les  »forces productives », soumises à la conjoncture et à la concurrence. Et, en priorité, et avant tout l’agriculture et l’industrie.
3 Ces  »forces productives » sont en cohérence au sein d’un  »système national d’économie politique » (selon l’expression de F.List). Or la mondialisation a pour but explicite de détruire ces systèmes nationaux et de leur substituer un libre échangisme à peine régulé. Ce n’est pas l’ONU mais les institutions très américaines de Bretton Woods (GATT-OMC, FMI, Banque mondiale) qui ont la haute main. Et qui impose des choix statégiques et juridiques fondés sur les thèses économiques contestables (mais étrangement peu contestées) de David Ricardo (les « avantages comparatifs »).
3.1 Pour le commerce des marchandises ce sont les règles du GATT-OMC. En termes concrets : l’intérêt privé des giga-firmes multinationales est le devenu l’objectif, plus l’intérêt général des nations.
3.2 En matière financière les  »3 D » : déréglementation, désintermédiation, décloisonnement ont été imposées par le FMI, la Banque Mondiale : c’est le Consensus de Washington. Le pire du dérèglement mondialiste est là : au cours des années 1980-1990, les financiers ont créé de  »nouveaux instruments » et de nouveaux marchés. Les  »investisseurs » (faux ami) ont désormais la possibilité de multiplier les opérations de placement, d’endettement, d’assurance et de spéculation. Le  »capitalisme est malade de sa finance » (Jean-Luc Gréau) et l’Europe de sa monnaie (Jacques Sapir)
4 La libre circulation des marchandises (les exportations de masse) a enrichi les riches de certains pays émergents, ruiné les classes moyennes des petits pays pauvres et porté des atteintes graves au tissu économique des pays développés : une concurrence déloyale et des résultats sociaux et environnementaux désastreux. Des filières économiques entières (métallurgie, textiles, électronique) ont été ruinées et un certain modèle agricole familial a été gravement endommagé (Gérard Lafay).
5 Alors les États reprennent -ils la main ? Sous le vêtement juridique qu’est l’État, le corps vivant c’est la Nation. Philosophiquement et juridiquement la Nation est affirmée comme le  »principe de toute souveraineté ». ( Déclaration française des droits de l »homme de 1789)
5.1 Aussi je propose une analyse un peu différente de ce que suggère le thème de cette intervention : si, en apparence, oui, les États  »reprennent la main sur la mondialisation », c’est bien à la demande des Nations, des peuples, que ces États représentent (sur la base de la souveraineté populaire : le vote démocratique des citoyens qui contestent les résultats désastreux de la mondialisation.). C’est ce à quoi on assiste un peu partout dans le monde : l’élection de D. Trump, le succès électoral de la coalition italienne, l’Autriche, le Brexit…Et des effets d’imitation en Allemagne, Roumanie, Suède, etc.
On a vu que ces phénomènes de recherche d’identité ou de proximité peuvent même :
– faire éclater des États (comme l’URSS; la Yougoslavie, Timor, la Tchécoslovaquie, la Serbie, le Soudan),
– faire apparaître des tentations séparatistes (Écosse, Catalogne, Flandres, Sin Kiang; Bavière ?). Inversement, des États ont fusionné pour réunir une même nation scindée (Allemagne; bientôt la Corée ?).
Parfois les agglomérats étatiques sont imposés de force et donc douloureux et fragiles (Sahara, Tibet Azawad, Turkestan, Ukraine).
5.2 Au plan de l’économie la volonté des opinions publiques nationales est le plus souvent méprisée (Referendum français de 2005 suivi de la ratification du Traité de Lisbonne par le Congrès en 2008). Mais à présent, en dépit des calomnies, amalgames, anathèmes, insultes, procès d’intention, les Peuples se font entendre, notamment en Italie où les deux partis de la coalition s’apprêtent à mettre en œuvre des choix budgétaires contraires aux règles bruxelloises (baisse de impôts -flat tax- simultanément avec une hausse des revenus et retraites minimum…).
Signalons encore que les Hollandais ont refusé par referendum l’accord économique de l’UE avec l »Ukraine. Et que les Italiens s’apprêtent à abolir les sanctions européennes contre la Russie.
6 Quel est ce corps mystique des nations, nations qui refusent désormais la mondialisation, le rôle du FMI (Argentine) et portent au pouvoir des forces politiques nouvelles ?
Ce sont ces  »changements de paradigme » dans le monde nouveau qui s’esquisse que j’ai exposé dans une étude de 2015 (Henri Temple, Yalta 1945-2015, en russe, in éditions Astréia, Moscou, 2015; et en français sur le Réveil français).
L’économie doit redevenir politique, et la politique philosophie.
Pour moi, en effet, c’est l’être humain qui doit être la mesure de tout : le point de départ de tout principe politique et le point d’arrivée de toute pratique politique . C’est ce que nous expliquons notamment dans  »Théorème du nationisme » (Henri Temple, Cahiers de psychologie politique en ligne).
Aristote, le plus grand esprit de tous les temps, ne disait-il pas que si nous vivons en société c’est pour y trouver le bonheur ?

 

 

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

S'inscrire à la lettre d'informations hebdomadaire

Découvrez les nouveaux articles chaque mardi

Merci de votre inscription