subscribe: Posts | Comments

Lavrov soutien les journalistes russes à Paris

0 comments

 

Vu sur : Russie politics, écrit par : Karine Bechet-Golovko
Le manichéisme infantile de la politique macronienne n’est plus à une bourde prêt, à moins que la manoeuvre vexatoire fasse partie de la nouvelle panoplie de la diplomatie française tombée bien bas. Avec une mauvaise foi hallucinante , les autorités françaises prétendaient interdire l’accès à une conférence de presse des représentations françaises et russe, à trois organes de presse slaves. Sergeï Lavrov en a décidé autrement et c’est heureux.

 

La rencontre des deux ministres des Affaires étrangères français et russe à Paris hier n’a pu se dérouler sans un incident avec la presse – russe évidemment, laissée à la porte pour avoir le dos trop droit en Macronie. Cette nouvelle conception macronienne de la liberté de la presse a été mise à mal par Sergueï Lavrov.
Hier à Paris se déroulait la rencontre entre Lavrov et Le Drian dans le cadre assez creux du Dialogue de Trianon, qui a surtout permis, au cas où un doute surviendrait, de prendre acte des désaccords entre la France et la Russie sur de nombreuses questions, mais de la nécessité du dialogue et de la coopération technique. C’est le rôle de la diplomatie, avec ou sans Trianon d’ailleurs.
Mais l’intérêt est ailleurs. La conception du journalisme en Macronie s’est radicalisée, est devenue clanique. Ceux qui ne font pas parti du clan sont immédiatement qualifiés de propagandistes, ce qu’avait fait Macron au sujet des journalistes de RT et Sputnik devant Poutine lors de leur rencontre à Paris.
Depuis, RT n’a pas eu d’accréditation à l’Elysée, l’intervention de Poutine en novembre a conduit à des déclarations françaises plus favorables, mais semble-t-il sans avoir été suivies de pas concrets. Il est donc entré dans les nouvelles traditions post-démocratiques et post-vérités en vigueur dans ce régime de ne pas accréditer les journalistes russes, pas tous, et sur des critères assez flous.
Or, après la rencontre Lavrov / Le Drian, une conférence de presse était prévue. Avant d’entrer dans la salle, le ministe russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, apprend que les journalistes de trois chaînes de télévision russe (RT, Pervyi Kanal et TV Tsentr) n’ont pas pu entrer dans la salle de conférences. Et cela bien que l’ambassade de Russie à Paris les ait bien inclus dans la liste des journalistes à accréditer pour l’évènement.
Faisant de choix de ne pas faire semblant, S. Lavrov a refusé d’entrer dans la salle de conférence tant que les journalistes russes n’y seraient pas autorisés. Et cela a marché, les journalistes russes ont pu participer à la conférence de presse, qui finalement a eu lieu.
La leçon a en tirer est assez évidente: la Russie se fait respecter uniquement lorsqu’elle fait preuve de fermeté. L’époque est ainsi … Mais d’une manière générale, dans les relations internationales, l’on ne respecte que la fermeté

 

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

S'inscrire à la lettre d'informations hebdomadaire

Découvrez les nouveaux articles chaque mardi

Merci de votre inscription