subscribe: Posts | Comments

MACRON DOIT TENIR JUSQU’AU 22 JANVIER,

0 comments

APRÈS, NOUS AURONS AFFAIRE À MERKEL

 

Vu sur : Délit d’image, écrit par : Rédaction Délit d’image
Bien sûr une fois de plus on viendra nous dire qu’il s’agit d’un « fake » en bon français. Et bien sûr , comme nous sommes taxés une fois de plus de « complotisme », accusation bien commode au demeurant pour faire taire toutes formes d’oppositions, on essaiera avec l’aide des journalistes serviles de démontrer que ce traité est , (puisqu’il est impossible de nier son existence factuelle,) tout autre chose et qu’il n’a aucun effet délétère. Si il n’y a pas d’effet à redouter , alors pourquoi doit on le signer?

 

Et après, la France (ou ce qu’il en reste) n’existera plus.
La cause des réformes abruptes lancées sans précaution et qui ont mis le peuple en émoi réside dans l’obligation sacrée de ce président de rencontre d’avoir à sceller la remise définitive de la souveraineté des Gaules – et donc de la France – dans les mains de la Germanie.
Cette capitulation aura lieu le 22 janvier à Aix-la-Chapelle, capitale de Charlemagne, dernier empereur d’Occident.
En effet, et sans que nul ne l’ait su, sans qu’aucun de ceux qui savaient ne l’eussent clamé, la classe Bilderberg au pouvoir et la chancelière se sont donné rendez-vous à Aix-la-Chapelle pour signer une quasi-fusion (ils disent « rapprochement ») entre la France et l’Allemagne.
Le traité (qui sera ratifié le même jour par les deux parlements) portera sur la défense, la politique étrangère et l’économie pour fonder le prototype d’une Europe « souveraine ».
Plus de 200 juristes des deux pays travaillent d’arrache-pied pour harmoniser les législations des deux États. Lequel fera sa révérence à l’autre ? Lequel acceptera de perdre des avantages juridiques, des libertés, de renoncer à une fiscalité avantageuse ? Gageons que le plus fort l’emportera et il n’est guère besoin de dire qui domine de Merkel ou Macron.
Mais le traité prévoit également que les régions frontalières, et sûrement l’Alsace, deviendront des « euro-districts » où les transports, la distribution de l’eau, l’électricité et probablement la fiscalité seront fusionnées entre la partie allemande et la française. Un Alsacien sera-t-il allemand ou français ? La revanche de 1918 est là, sous nos yeux, en plein bicentenaire de la fin de la Première Guerre mondiale et du début des négociations qui ont mené au traité de Versailles.
L’armée, à coté des parlements, sera une institution partagée, coordonnée et utilisée opérationnellement par cette entité sans nom mais qui aura la haute main sur les futurs engagements de l’armée aujourd’hui française.
C’est le début réel de « l’armée européenne » appelée de ses vœux par Macron avant la célébration du 11 novembre 1918.
S’il y avait une raison obscure pour qu’un président français refusât un défilé militaire pour « ne pas froisser » Merkel, elle est révélée : le traité d’Aix-la-Chapelle étant en vue la France et l’Allemagne ne faisait déjà plus qu’un dans son esprit.
Or nous ne le savions pas, or aucun homme politique ne s’en est préoccupé, et or donc le peuple allait changer de maîtres sans avoir été consulté ! Et encore pire, la question de l’Union européenne étant exclue du « débat national » on comprend que celui-ci n’est qu’un simulacre. Et ils osent nommer ceci dans la novlangue que le novétat va requérir pour fonctionner une « démocratie » ?
Non, c’est une forfaiture et une haute trahison.
Enfin, à législation commune (« harmonisée », goûtez à l’euphémisme), à armée intégrée, il faut une politique étrangère unique qui doit être affirmée par une décision phare : l’abandon ou le partage du siège de la France au Conseil de sécurité de l’Onu. La France doit donc agir activement auprès des Nations unies, des États-Unis, de la Russie et des autres membres permanents de ce Conseil pour que l’Allemagne, qui vient d’y entrer comme membre provisoire pour deux ans, accède à ce statut permanent que la défaite de 1945 lui a interdit.
Or, comme il est prévu expressément que toutes les décisions du « couple » seront discutées et adoptées préalablement à toutes les réunions internationales auxquelles la France et l’Allemagne participeront, que des déclarations communes seront la règle, on comprend qu’à l’Onu, avec un ou deux sièges, ce sera l’Allemagne qui s’exprimera sur les grands problèmes.
Enfin, l’économie sera intégrée, avec même des régions où on appliquera des lois et règlements communs (lesquels ? Fiscaux ? Normatifs ? Comptables ?).
Il s’ensuivra, qu’avec l’appui de l’Eurogendfor, déjà opérationnelle, le maintien de l’ordre et la mainmise allemande sur des secteurs entiers (territoires, ou activités) de la vie des Français, celle-ci va devenir pesante.
Il ne reste qu’une question : en quelle langue travaillerons-nous ?
Il découle de la nouvelle réalité qui résulte de cet acte scélérat – la création d’un quasi état franco-allemand – et du poids mafieux de Bercy et de la haute administration française en général (voir les enquêtes de la Cour des comptes depuis trente ans et les livres publiés à ce sujet) qu’une appréciation nouvelle de l’action de Gilets jaunes est nécessaire.
Ou elle devient une révolution, ou elle s’éteint pour longtemps avec la France.
Et elle ne peut se muer en révolution qu’aux conditions suivantes :
La Constitution et tous les traités signés à partir de ce jour par un gouvernement illégitime sont nuls et non advenus. Aucun des élus ou fonctionnaires qui y participent n’a mandat du peuple souverain pour ce faire. En conséquence ils commettent des actes de forfaitures punissables par toutes les Constitutions précédentes.
Institution d’un état de suspension du droit aux termes des codes de 1967 en attendant la réécriture d’une nouvelle Constitution qui devra déclarer inaliénable tout ou partie de la souveraineté française.
Un refus de la poursuite de l’immigration et l’affirmation du retour des populations installées par la force de traités que le peuple n’a pas approuvés.
Sans ces objectifs métapolitiques, jamais la contestation de passera l’obstacle de la puissance supranationale qui menace et qui aura force de loi après le 22 janvier.
Qu’on en tire les conclusions, car il ne suffit plus de croire que ceux qui n’ont pas le pouvoir (la classe politique) pourraient contrevenir au traité en cours de signature. Et surtout dans un état endetté (2 trillions et demi d’euros, et des emprunts pour 2019 à hauteur de 200 milliards d’euros).
Sans la souveraineté pas de liberté.
Georges Clément – Riposte laïque
Lire l’intégralité du traité :
TraiteAixlaChapelle 2019
C’est le Traité d’Aix-la-Chapelle, dont pas un media n’a parlé, bien entendu, ou alors du bout des lèvres, en noyant le poisson, parlant d’un vague traité de coopération.
La réalité est terrifiante, tragique. Macron va réaliser le rêve d’Hitler avec une France soumise à l’Allemagne et découpée pour agrandir l’Allemagne.
Ecoutez le magistral exposé de Bernard Monot, député européen, ancien FN devenu Debout-la-France. 3 minutes pour comprendre ce qui se trame, pendant que l’usurpateur de l’Elysée occupe Français et medias avec sa lettre qui ne peut servir qu’à se torcher le derrière.
Pour mémoire, relecture, information de vos contacts, voici retranscrit l’essentiel de l’intervention de Bernard Monot
Nouveau traité de coopération franco-allemand qui sera signé par Macron et Merkel le 22 janvier prochain dans la ville allemande d’Aix-la-chapelle. Ville très symbolique puisque capitale de l’empire carolingien au IXème siècle.
Son objectif : établir une convergence renforcée entre la France et l’Allemagne dans tous les domaines essentiels : économie, politique étrangère, sécurité, éducation, culture, recherche et technologie, climat, environnement, coopération entre les régions frontalières et les sociétés civiles…
Question de Bernard Monot : l’Allemagne est-elle le meilleur partenaire pour la France ?
La gestion de la zone euro par l’Allemagne est un désastre économique et social pour tous. L’Allemagne de Merkel est le plus grand pollueur au sein de l’Europe avec ses centrales à charbon. Pour la France c’est un nivellement par le bas de notre système de protection sociale sur le système social allemand, c’est-à-dire un retour progressif vers un prolétariat digne du XIXème siècle qui, en plus, exploitera des migrants économiques.
Pour Emmanuel Macron, l’Allemagne n’est en fait qu’un prétexte pour faire plier ce peuple français qu’il déteste, un prétexte pour effacer, plus rapidement, la France et son identité.
Ce traité funeste s’emploie à faire sortir ces régions frontalières françaises du giron du territoire national, à déconstruire toujours plus son droit du travail, son système de protection sociale et pire, sa défense nationale.
Evidemment, comme pour le Pacte de Marrakech, les Français n’ont jamais entendu parler du traité d’Aix-la-Chapelle à la télévision. Tous enfumés par le pseudo grand débat national pendant que dans notre dos Macron prépare un nouveau putsch contre la France.
En effet, ce traité devrait expérimenter des clauses d’exception à la loi de la République des régions franco-allemandes frontalières, les euro-districts, sur le modèle des länders allemands. C’en sera fini des lois françaises dans ces eurodistricts. L’Alsace repassera sous régime allemand et la langue administrative sera l’allemand.
Pourquoi est-ce une véritable trahison de Macron ? Parce que le Président est le garant de l’unité et de l’indivisibilité de la République française.
Macron, tel un Judas, va livrer l’Alsace et la Lorraine à une puissance étrangère.
Macron continue son travail de destruction de la nation française. Président élu légalement il y a 18 mois, il est totalement illégitime aujourd’hui.
Il n’a jamais été mandaté pour engager la France dans une soumission volontaire à l’Allemagne. C’est une haute trahison contre les Français.
J’appelle les Français et en particulier les GJ à interdire à Macron, les 13 et 20 janvier, de signer ce traité d’Aix-la-chapelle, négocié en catimini. Réclamez un débat et un referendum sur ce sujet.
Le Président Macron est au service de la France et des Français et non pas de Merkel et des Allemands.
Note de C.Tasin : je joins mon appel à celui de Bernard Monot. Il faut dès maintenant parler du Traité d’Aix-la-Chapelle, qui doit apparaître dans les banderoles, sur les ronds-points, dans les revendications des GJ.
Imprimez cet article, distribuez-le par centaines autour de vous….

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

S'inscrire à la lettre d'informations hebdomadaire

Découvrez les nouveaux articles chaque mardi

Merci de votre inscription