subscribe: Posts | Comments

A propos des gilets jaunes.

0 comments

 Et si ce mouvement était le bon…

 

Article du Réveil Français , écrit par : Olivier Dejouy

 

Toutes les analyses ont été proposées sur le mouvement des gilets jaunes allant des plus pertinentes aux plus farfelues. Qu’il me soit permis d’ajouter ma contribution à ce long feuilleton, à la veille de la 13eme édition du samedi de révolte.
J’ai entendu, un matin, un commentateur de télévision s’interroger sur la trop grande importance donnée aux gilets jaunes « à peine 13000 sur les rond points en cinq mois de lutte » : Donc à ses yeux, peu représentatifs au regard des plus de 60 millions de français. Faisons lui remarquer qu’aujourd’hui, aucun parti, aucun syndicat n’est capable de mobiliser autant, si longtemps. Faisons lui remarquer en outre, que le soutien populaire selon les sondages est encore autour de 60%, nonobstant le rejet des actes de violence.
Parlons en des violences : Le maire de Monfermeil, Xavier Lemoine, déclarait il y a peu, que comparativement aux violences commises en Seine Saint Denis en 2005, celles commises, certes à tord, par les gilets jaunes se situent plusieurs degrés en dessous en terme d’intensité et, curieusement, la répression policière bien plus retenue pour les émeutes de 2005, s’est nettement amplifiée en s’abattant sur les manifestants du samedi, en témoigne le nombre de blessés hospitalisés.
Donc nous observons à la fois une volonté du pouvoir et de certains médias serviles de minimiser le nombre des révoltés tout en stigmatisant les violences, justifiant ainsi celles des forces de l’ordre. Le grand débat lancé et même devancé par le président Macron, avec d’authentiques show télévisés où la mobilisation des ministres et des députés de la majorité est également requise, il faut le reconnaître, non seulement fait un tabac, mais donne l’impression, en trompe l’œil, d’apporter enfin une réponse aux attentes du peuple, tout en affirmant ne rien changer au programme initial. En revanche le grand tapage organisé par le gouvernement et présenté par les médias comme une alternative de soutien au président, autour des écharpes rouges a fait un flop, malgré les messages d’auto satisfaction tweetés par les élus aux ordres.
Il résulte de tout cela, que malgré l’affichage d’une politique de la main tendue, chef d’œuvre de communication, une très large partie des Gilets jaunes refuse le compromis de l’état, pour au moins trois raisons :
1) La confiance rompue depuis des décennies avec les gouvernements successifs, bien avant l’arrivée du président d’En marche, lequel s’étant présenté comme un réformateur en profondeur de la société française ne pourra être restaurée. Monsieur Macron n’apparaît plus que comme un continuateur de ses prédécesseurs et ce ne sont pas quelques réformettes fiscales ou d’ajustement des salaires qui pourraient effacer la descente en enfer (social) d’une grande partie des Français. C’était, du reste bien le pari des oligarques, dont il est l’obligé, qui l’ont poussé vers la lumière.
2) Le poids, malheureusement trop peu évoqué, des injonctions à bien penser dans cette société en changement périlleux : Depuis des années on traque les islamophobes, les homophobes, les climato et (ou) eurosceptiques, les mangeurs de viande, les populistes, les nationalistes, autant de lépreux à montrer du doigt, les fumeurs, les buveurs, les chasseurs et autres cirques utilisant des animaux…
3) Depuis des années on mène une politique d’immigration totalement irresponsable, ayant pour effet de perturber gravement l’environnement immédiat de nombreuses familles. Précisément il paraît que c’est pour combler le déficit des naissances de notre pays. Mais l’état s’abstient néanmoins de mener une politique familiale qui serait immédiatement stigmatisée par le lobby LGBT, les féministes et autre mouvement de libération… Il n’y a guère que l’immigration massive réclamée par le MEDEF pour combler le déficit des naissances dans le pays et maintenir le plafond des salaires.
Alors, on peut bien téléguider un parti gilet jaune depuis l’Elysée pour les européennes, personne n’est dupe de la manœuvre qui consiste à déstabiliser une opposition nationale, souverainiste et nataliste, susceptible de dominer le scrutin. La jeune femme, tête de liste, au si joli minois, semble bien être l’instrument d’une intrigue politicienne cousue de gros fil rouge (dont on fait les écharpes).
Pour l’heure, à chaque manifestation, on voit le plus souvent fleurir les couleurs de notre patrie, remplacées parfois par des drapeaux rouges ou noirs, illustrant la tentative de récupération et de pollution par l’extrême gauche de ce mouvement populaire mais par trop enraciné dans la France profonde.
Cette remise en cause radicale du système en place depuis des décennies , et pas seulement en France , mais dans tout le monde occidental fortement dénaturé par le capitalisme sauvage et le libéralisme apatride, est une chance à saisir pour tous ceux qui combattent le pillage organisé par la haute finance (c’est aujourd’hui ce qu’on appelle l’ordre) conduisant à la destruction de l’humanité elle même réduite à une foule de consommateurs sur fond d’anomie structurelle.
On le voit, ce n’est pas le seul pouvoir d’achat, ni le prix de l’essence, qui motivent cette révolte inédite, mais un malaise profond , une braise non éteinte depuis la lointaine folie révolutionnaire qui ne profita déjà qu’à la haute bourgeoisie et priva notre nation de son chef au sens originel de ce terme, c’est à dire de sa tête , laquelle roula dans le sable et fut présentée à la foule comme la fin d’un monde alors qu’elle n’était en réalité que le signe de la fin d’une humanité, de celle qui fondait, avec un père, une réelle fraternité française.
Mais on ne peut tuer l’humanité complètement, quelle que soit la passion prométhéenne agitant nos maîtres, car il existe autre chose qui dépasse cette domination trop triviale et horizontale, qui est celée au cœur de l’Homme et couve comme un feu souterrain… Elle peut se réveiller à tout moment.
Le jour est peut être arrivé…

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *