subscribe: Posts | Comments

LE FASCISME NE LASSERA PAS !

0 comments

 

Article du Réveil Français , écrit par : Christian Rol (écrivain)

 

Ce que nous savons, c’est qu’il n’ya pas la moindre agression antisémite et que cette opération de marketing est une manip’ chronique pour détourner les Français de leurs préoccupations et, éventuellement, les dissuader d’opérer un lien entre leur situation et des intérêts qui ne sont pas les leurs. D’ailleurs, on n’a plus le droit de dire que Macron a bossé chez Rothschild, qu’Attali est une ordure et que les médias sont sous la coupe du CRIF…
Quand on a enfoncé cette porte ouverte et qu’on se soumet à la tentation d’un antisémitisme outrancier, on alimente le cœur nucléaire de ses propres névroses en oubliant que la majorité des Juifs du quotidien n’ont rien à voir avec ce barnum et qu’ils ne cautionnent pas cette propagande hystérique puisque, d’une certaine manière, ils en perçoivent l’effet pervers du boomerang. C’est le cas de Zemmour et de Goldanel qui, n’en doutons pas, ne sont pas des cas isolés.
Le pire, c’est le spectacle de ces individus de premier, ou arrière plan qui, hier soir encore, tandis que je regardais les chaines d’info, toutes au diapason de l’indignation et de l’opprobre, se disputaient les qualificatifs et les tronches de trois mètres de long pour déplorer cette « résurgence ». C’est aussi vrai pour les truffes du Gouvernement que pour les médiacrates.
C’était à qui trouverait le mot le plus définitif, le propos irrévocable, le raisonnement de l’extrême limite. Pour lutter contre le fléau de l’antisémitisme, nous confiaient tous les goys assez suspects d’un philosémitisme de circonstance, il faudrait encore des « lois », de la « pédagogie » et, finalement, « des actes ». En voyant les membres du CRIF, réunis au grand complet autour de Castaner Place Beauvau, avec leur faux air de politburo soviétique au temps de Brejnev quand la moindre dissidence morale était passible de l’hôpital psychiatrique, on avait une vague idée de l’ambiance future…
Je ne compte pas tous les chroniqueurs monocordes qui, horrifiés par l’absence criante de ces camps de rééducations peuplés de zélateurs de Soral et Dieudonné, firent hier soir leur sketch sur les chaînes d’info. Mais, quand même, mention spéciale à Jeanette Bougrab, jolie petite sotte de droite, qui en fit des tonnes au point que Clément Viktorovitch, brillant chroniqueur peu susceptible d’antisémitisme, lui répondit, en écho à ses accents apocalyptiques, qu’il ne fallait quand même pas « dramatiser » et que le nombre « d’actes antisémites » était plutôt stable depuis telle année.
Mais la passionaria, proche des larmes (véridique !), loin de se soumettre aux lois de la raison et des chiffres, entendait alerter la terre entière de son désarroi devant tant de néant. Alors, d’autres, aussi alarmistes, lui vinrent en aide, suggérant que les insultes à Finkielkraut étaient encore « trop » et que la République en danger devait réagir.
Et ce fut la surenchère, l’hallali contre cette force du préjugé autrefois mise en musique par feu Taguieff. Le brouhaha investit le plateau de Pascal Praud où tant de Résistants se disputèrent les superlatifs implacables pour dénoncer le retour de la Bête immonde.
Et puis, pub pour le dernier modèle Peugeot…
C. Rol

 

 

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

S'inscrire à la lettre d'informations hebdomadaire

Découvrez les nouveaux articles chaque mardi

Merci de votre inscription